Rwanda: Á Kigali, l'obligation du passe vaccinal suscite des réactions mitigées

Kigali, Rwanda

Depuis plusieurs semaines, le Rwanda a mis en place l'équivalent d'un passe vaccinal. Il faut dorénavant être vacciné pour emprunter les transports en commun, aller dans des restaurants ou encore assister à des cérémonies religieuses.

Le pays a déjà administré deux doses à environ 50% de sa population adulte et assure vouloir atteindre les 70% des plus de 12 ans d'ici le mois de juin. Reportage à la gare routière de Nyabugogo à Kigali, où ces mesures suscitent des réactions mitigées.

Anaclete s'apprête à rentrer dans sa petite ferme à Muhanga, après avoir vendu ses fruits au marché à Kigali. Il a dû montrer son certificat de vaccination pour acheter son ticket de bus : " Où que tu ailles, on te demande si tu es vacciné. Et si tu ne l'es pas, tu n'as pas accès aux différents services. On te dit de t'en aller. Même pour vendre au marché, il faut être vacciné. "

Une grande tente blanche a été dressée au milieu des bus en partance pour tout le pays. C'est l'un des principaux centres de vaccination de la capitale rwandaise. Anaclete est venu pour sa troisième dose. " Je pense que l'obligation vaccinale dans certains endroits est une bonne chose. Parce que le gouvernement ne devrait pas prendre pour acquis les progrès faits dans la lutte contre le coronavirus. Sans ces mesures, les gens ne seraient pas incités à se faire vacciner. "

Gabriel, 19 ans, s'apprête quant à lui à se voir administrer sa première dose, à contrecœur : " Moi jusqu'ici je n'avais pas confiance. Plein de gens n'ont pas confiance. Mais il a des gens qui viennent ici parce qu'ils n'ont pas trop de choix. Notre pays a exagéré un peu. Mais ce n'est pas seulement notre pays, beaucoup d'autres on fait pareil. Mais je crois que c'est exagéré. "

Ces dernières semaines, plusieurs personnes ont tenté de fuir le pays, assurant vouloir échapper à la vaccination.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X