Afrique: La justice française ouvre une enquête sur "l'assassinat" d'une Française au Maroc

La justice française a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête pour "assassinat en relation avec une entreprise terroriste" après le meurtre samedi d'une touriste française dans le sud du Maroc.

Cette ressortissante française de 79 ans a été tuée sur un marché de Tiznit à l'aide d'une arme blanche. Elle résidait dans un camping proche de cette petite ville. Un suspect âgé de 31 ans a été arrêté le jour même à Agadir.

Au Maroc, une source proche de l'enquête a indiqué mercredi à l'AFP qu'il avait été conduit dans un hôpital psychiatrique en vue d'une expertise médicale.

Lundi soir, cette source ayant requis l'anonymat avait indiqué que le parquet marocain avait confié l'enquête à la police antiterroriste, BCIJ, soupçonnant "un mobile terroriste du crime".

Mercredi, en France, le parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé à son tour dans un communiqué avoir ouvert une enquête sur cette affaire.

Le suspect est également soupçonné d'avoir tenté d'assassiner une Belge à Agadir, selon la police marocaine. Blessée à l'arme blanche, elle a été hospitalisée et ses jours n'étaient pas en danger.

"Le juge d'instruction chargé du dossier a décidé ce (mercredi) soir de placer le suspect à l'hôpital psychiatrique Ar-Razi à Salé après consultation avec le parquet. Il y sera soumis à une expertise médicale et l'enquête se poursuit", a précisé la source marocaine.

Selon la police, le suspect avait séjourné dans un hôpital psychiatrique "du 25 septembre au 25 octobre 2021".

Depuis 2002, la police marocaine a démantelé plus de 2.000 cellules terroristes et interpellé plus de 3.500 personnes dans le cadre d'affaires liées au "terrorisme", selon les données communiquées en 2021 par le Bureau central d'investigations judiciaires.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X