Congo-Kinshasa: Rapport de suivi de gestion des fonds alloués à la Covid-19 /Mama Yemo - le Mouvement Citoyen Filimbi tire la sonnette d'alarme !

Le Mouvement Citoyen Filimbi a présenté ce jeudi 20 janvier 2022, le rapport de suivi des fonds publics liés à la gestion de la Covid-19 effectué à l'Hôpital général Ex-Mama Yemo, dans la salle de conférence du CEPAS à la Gombe. En raison de ce contexte, la démarche du Projet Filimbi-ODEP a consisté à renforcer l'éveil et le contrôle des citoyens sur les dépenses publiques et, particulièrement, celles liées à la pandémie du Covid-19, sur lesquelles des enquêtes ont été menées minutieusement. En à croire le Chef du projet Luapenanga Bopomi qui s'est exprimé sur ces recherches réalisées depuis plusieurs mois par quatre observatoires citoyens composés, chacun, de cinq activistes Filimbi, avec la collaboration de l'Observatoire de la Dépense Publique (ODEP).

A la quête de la vérité et en vue du suivi budgétaire, la promotion de la transparence dans la gestion des finances publiques, et la surveillance citoyenne de l'action publique, le Mouvement a publié le rapport Filimbi-Odep axé sur les résultats des enquêtes sur les fonds qui ont été décaissés à l'Hôpital Général de Kinshasa par le Gouvernement face à la riposte contre la Covid-19, entre le mois de mai et novembre 2020.

Résultats de l'enquête

Selon les informations en leur possession, il a été constaté une forte mégestion, au regard de 688.336,04 USD qui ont été décaissés pour l'Hôpital Mama Yemo. Ce qui représentait 17% de l'enveloppe réservée pour la ville de Kinshasa et seuls, 80.000 USD sont retracés.

A la différence de plus de 6OO.OOO USD qui se seraient envolés sans explications, ni justifications claires, dont ils demandent, du reste, la transparence et une mise au point à la connaissance du peuple congolais.

A cet effet, d'après le rapport lu par le Chef du Projet Luapenanga Bopomi, il dénonce aussi la disproportionnalité entre le quota dépensé et la situation salariale des médecins et d'autres agents de l'Hôpital Général qui s'avère précaire. Mais aussi, les conditions des soins mis à la disposition des malades qui n'étaient pas satisfaisantes. Ce qui contredit, d'ailleurs, les dépenses effectuées par des personnes non identifiées jusqu'à ce stade.

Il a aussi fustigé, en outre, le fait qu'ils n'ont pas pu déceler la destination de toutes ces sommes, à cause du manque de collaboration de certains services, malgré leur insistance pour des raisons non fondées mais également, le refus des chefs d'établissements de chiffrer les fonds exacts qui, normalement, devaient être à la disposition de tous.

Fortement opposés à ce refus et contraintes, les investigateurs ont découvert que la quasi-totalité des marchés publics ont été conclus de gré à gré, sans un recours à une formule de comparaison, ni au moindre appel d'offres qui, en principe, devrait permettre d'opérer le choix entre au moins trois factures de trois différents fournisseurs et ce, en violation de la Loi relative aux Marchés Publics ainsi que de l'article 9 du décret n°10/34 du 28 décembre 2010 qui fixe les seuils de passation, de contrôle et d'approbation des marchés publics, a-t-il ajouté.

Recommandations

Ne voulant pas uniquement relever les problèmes, ils recommandent le renforcement du contrôle parlementaire, en interpellant les différents gestionnaires des fonds Covid-19. Mais aussi, ils demandent à l'Inspection Générale des Finances de s'approprier le présent rapport et d'effectuer l'enquête à l'Hôpital Général de Kinshasa, ex-Mama Yemo, ainsi que d'élargir ses missions de contrôle de gestion des finances publiques auprès des institutions sanitaires ayant bénéficié de l'appui de l'enveloppe gouvernementale dans le cadre de la riposte contre la Covid-19.

Et une fois que les preuves seront toutes réunies, par la reconnaissance des personnes impliquées, le mouvement citoyen Filimbi demande à la justice congolaise de s'en saisir afin d'instruire, de les juger et les condamner les coupables en raison de cette mégestion ainsi décriée.

Et, dans cet enchaînement, ils demandent, enfin, à la population d'être éveillée et de ne pas se laisser usurper, ainsi qu'à avoir accès aux bonnes informations sur la gestion des deniers publics pour éviter toute confusion sur cette affaire.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X