Congo-Kinshasa: Epée de Damoclès !

" Denys, qui était toujours inquiet, se trouva des courtisans qui devraient le flatter et le rassurer. Parmi eux, Damoclès, roi des orfèvres, ne cessait de flatter son maître sur la chance qu'il avait d'être le tyran de Syracuse. Agacé, celui-ci lui proposa de prendre sa place, le temps d'une journée. Au milieu du festin, Damoclès leva la tête et s'aperçut qu'une épée était suspendue au-dessus de lui, et n'était retenue que par un crin du cheval de Denys. "

Cette allégorie morale que l'on attribue à l'historien grec Timée de Tauroménion, s'apparente à quelques détails près à la situation actuelle, lorsque de l'extérieur, l'on observe ce remous de plus en plus frénétique au sein de l'UDPS.

Alors que Fatshi, le conquérant, se fait entourer de toute espèce de fanatiques, ennemis d'hier devenus depuis peu, les plus dociles des serviteurs, la tension et la suspicion monte d'un cran. Les erreurs anodines font dès lors, l'objet des attentions particulières, voire minutieuses : il faut toujours prêter allégeance, encore et encore, pour demeurer dans les bonnes grâces du " divin maître ", pour qui l'on est " sacré ", et contre qui l'on est " écrasé ".

Le maître-nageur, pourtant, perspicace de nature, puisqu'ayant déjoué plusieurs tentatives de séquestration de son Chef, d'abord à Genève et ensuite, à Kinshasa en donnant le coup de grâce qui conduisit à la chute précipitée et inopinée du FCC en tant que majorité parlementaire, n'avait certainement pas saisi les enjeux du pouvoir, l'anxiété qui fait d'une simple plaisanterie, un outrage digne du bannissement.

Après que "Fatshi" ait conquit le pouvoir d'Etat, il proposa à son cher Kabund de prendre sa place au sein du Parti en tant que Président a.i, le temps d'un mandat ou deux. Assis à la table du pouvoir, les voluptés lui sont montées à la tête, le poussant à toute sorte d'excès. Maintenant, il doit rendre des comptes. Déclarations non-assumées, disparition totale et complète de celui qui, il y a à peine une semaine, se tenait devant les foules, et dans ses discours, faisait allusion aux mesures qu'il prendrait, dans un future proche.

" Récolte la tempête, qui sème le vent ", dit-on. A cause de sa position prestigieuse au sein du Parti présidentiel et de la majorité parlementaire acquise également au Président de la République, un tweet visiblement banal est devenu l'équivalent du test PCR qui, cette fois, ne détermine pas si l'on est contaminé ou pas par le virus de Covid-19 mais, détermine plutôt si l'on est encore soumis ou atteint par l'insubordination.

A ce jour, tous les Députés de l'UDPS sont testés négatifs, et le test se poursuit. Isolé, délaissé, la distanciation politique s'observe strictement, sans complaisance. Seul, dans son coin, tel un pestiféré, l'animal blessé se fait rare, replié dans sa tanière de Kingabwa. Au mieux de sa forme, il n'avait le regard fixé que sur la table du festin. Maintenant qu'il peut enfin, lever les yeux, et observer son environnement, il constate que sa tête est mise à prix. Et, juste au-dessus de lui, est suspendue l'épée de Damoclès, encore retenu par le silence de l'autorité morale, Fatshi, l'homme en béton.

La Pros.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X