Afrique du Nord: Smart building - Digitaliser les projets d'infrastructure

billet

L’inclusion du digital dans nos vies quotidiennes s’est quasi-systématisée avec la pandémie de la Covid19 et le continent africain n’y fait pas figure d’exception. L’Afrique est, en effet, le terrain de cette transformation digitale à l’heure où l’urbanisation fulgurante et la transition écologique apparaissent
comme des priorités absolues. Dans ce paysage, le smart building, ou « bâtiment intelligent », apparaît comme une réponse aux exigences et enjeux, présents et futurs, permettant de concilier urbanisation, énergie verte et innovation numérique.

Qu’est-ce que le Smart building ?

Depuis quelques années, le secteur du bâtiment connaît de nombreuses mutations sous l’impulsion du numérique. A l’heure où la transformation sociale et environnementale devient centrale dans nos sociétés et afin de répondre aux exigences croissantes en termes de résilience (notamment sanitaire), de sécurité ou encore de lutte contre le réchauffement climatique, l’innovation numérique est devenue le moteur du secteur des infrastructures et de la construction.

En ayant recours aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), telles que le Big data, l’intelligence artificielle (IA) ou encore l’Internet des objets (IoT), il est désormais possible d’améliorer et d’optimiser l’efficacité énergétique des bâtiments, de réduire l’empreinte carbone, tout fournissant aux occupants le confort nécessaire. La technologie de smart building s’inscrit ainsi dans la volonté de concilier croissance économique et protection de l’environnement par la recherche d’une production d’énergie durable et mieux pensée.

Le Smart building, au cœur des nouvelles dynamiques sur le continent africain

Selon le 5e rapport du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) publié en 2014, - le 6e devant être publié en septembre 2022 -, le secteur du bâtiment était à l’origine d’un cinquième des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, - tous secteurs confondus -, de plus de 50% de la demande mondiale en électricité et de 32% de la consommation d’énergie, en 2010. Si l’amélioration de l’efficacité énergétique est un défi pour l’ensemble des pays du globe, elle représente un véritable enjeu pour l’Afrique dans la mesure où une meilleure gestion énergétique permettrait au continent de faire face aux enjeux délétères du réchauffement climatique, dont il est, avec l’Asie du Sud-Est, la première victime.

De plus, l’urbanisation galopante du continent (et notamment de l’habitat informel dans certains pays), loin de se tarir dans les prochaines décennies, fait de la construction un secteur au cœur des enjeux sociaux, économiques et environnementaux actuels et futurs. Le marché du smart building s’inscrit donc dans la perspective de répondre à ces défis, où adaptation au changement climatique et réduction de l’impact environnemental, lutte contre la pauvreté et les inégalités - notamment en matière d’accès à l’énergie -, vont de pair avec l’anticipation des besoins en infrastructures. Conscient des opportunités que représente le bâtiment durable, le Maroc s’est doté du Green & Smart Building Park (GSBP), en 2017. Présentée comme un écosystème pour le développement des bâtiments verts et des smart grids, cette plateforme de recherche a pour objectif de réduire la consommation énergétique dans le secteur des infrastructures de 15% d’ici 2030.

Présent en Afrique depuis une vingtaine d’années, Huawei est pleinement engagé dans la transformation numérique du continent. Nous sommes conscients que le développement de l’Afrique ne pourra survenir sans un investissement massif dans les technologies innovantes et infrastructures numériques. Alors que les contours flous de l’ère post-pandémique semblent se dessiner, les investissements constituent une véritable priorité pour le rebond des économies africaines et leur résilience, et conditionnent notamment la construction de smart buildings. L’investissement dans les infrastructures – numériques - est primordial. En outre, en tant que leader mondial dans la fourniture de solutions et d’infrastructures TIC, et afin de rendre les bâtiments plus durables, sûrs et économes en énergie, Huawei a recours aux dernières technologies IoT.

Le smart building, indissociable de la smart city pour bâtir une Afrique résiliente et durable

Parce qu’ils composent la ville, les bâtiments en sont les premiers piliers. Ainsi, toute transition vers la smart city repose indéniablement sur le développement de smart buildings, ces derniers permettant d’opérer une meilleure interconnexion du tissu urbain dans lequel ils s’insèrent. Tout comme ces derniers, les smart cities ont pour objectif d’améliorer la performance et la qualité des services urbains, tout en réduisant leurs coûts.

De nombreuses villes intelligentes ont émergé sur le continent, notamment au Sénégal, en Égypte ou encore au Maroc, pionnier africain des smart cities. Casablanca était ainsi la première ville africaine à faire partie du réseau des 25 villes intelligentes sélectionnées depuis 2015 par l’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers), la plus grande association mondiale des professionnels du numérique et de l’informatique. La construction de villes intelligentes est d’autant plus essentielle que 60% de la population africaine résidera en métropole d’ici 2050, contre 39% aujourd’hui.

Cette urbanisation rapide pose donc la question de l’aménagement des espaces, ce qui nécessite de nouvelles stratégies aux niveaux des États. Dans cette optique, Smart Africa Alliance a fait de la smart city l’un de ses programmes prioritaires. Pour cette institution réunissant 32 États africains , le numérique doit être au cœur de la transformation des villes africaines et de leur stratégie de développement. En vue de construire une Afrique intelligente et numérique, Huawei s’est associé à Smart Africa Alliance en 2016 et partage l’objectif affiché par l’alliance de renforcer la collaboration entre les secteurs publics et privés pour accélérer le développement des TIC.

De plus, nous considérons que l’une des clés pour améliorer l’infrastructure des TIC, - socle sur lequel repose la construction des smart buildings et smart cities -, est de promouvoir la connaissance, le partage et le transfert de compétences. Chez Huawei, nous investissons massivement dans la formation et l’éducation afin de permettre l’émergence de talents numériques. Nos différentes initiatives telles que la Huawei ICT Academy, Huawei ICT Competition ou encore Seeds for the Future s’inscrivent dans cet objectif. A l’heure de l’avènement de la Quatrième Révolution industrielle sur le continent, la construction de smart buildings doit donc être intégrée au cœur des stratégies de transformation des villes. Huawei travaille avec ses partenaires pour développer les solutions nécessaires à l’Afrique connectée de demain.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X