Maroc: L'IPC annuel moyen a grimpé de 1,4% en 2021

L'indice des prix à la consommation (IPC) annuel moyen est ressorti en hausse au titre de l'année 2021, pour la énième année consécutive.

Selon les données publiées par le Haut-commissariat au plan (HCP), il a connu une augmentation de 1,4% par rapport à l'année 2020, poursuivant ainsi une série de hausses annuelles observées notamment en 2020 (0,7%), 2019 (0,2%), 2018 (1,9%), 2017 (0,7%), 2016 (1,6%) et 2015 (1,6%) et bien avant.

La progression de l'IPC annuel est attribuée à la hausse de l'indice prix des produits alimentaires et des produits non alimentaires qui ont bondi respectivement de 0,8% et 1,8%.

Selon le Haut-commissariat, qui en fait état dans une note d'information relative à l'indice des prix à la consommation (IPC) de l'année 2021, les variations enregistrées pour les produits non alimentaires vont d'une baisse de 0,2% pour les "Communications" à une hausse de 5,9% pour les "Transports".

Sur cette base, l'institution publique estime que " l'indicateur d'inflation sous-jacente aurait connu une hausse de 1,7% au cours de l'année 2021 par rapport à l'année 2020 ".

A titre de rappel, au terme de l'année 2020, l'IPC annuel moyen avait enregistré une augmentation de 0,7% par rapport à l'année 2019, suite à la hausse de l'indice des produits alimentaires de 0,9% et de celui des produits non alimentaires de 0,5%.

Dans une note d'information d'alors, le Haut-commissariat avait indiqué que les variations enregistrées pour les produits non alimentaires partaient d'une baisse de 1,6% pour le "Transport" à une hausse de 2,7% pour l'"Enseignement". L'institution avait ainsi déduit que l'indicateur d'inflation sous-jacente aurait connu une hausse de 0,5% au cours de l'année 2020 par rapport à l'année 2019.

Les plus fortes hausses à Beni-Mellal, Casablanca et Settat

Selon les données recueillies par le Haut-commissariat, les hausses les plus importantes de l'IPC annuel au titre de l'année 2021 ont été enregistrées à Beni-Mellal (2,0%), à Casablanca (1,9%), à Settat (1,7%), à Marrakech et Safi (1,6%), à Errachidia (1,5%), à Meknès (1,4%) et à Kénitra, Rabat, Tanger et Al-hoceima (1,3%).

A titre de comparaison, au terme de l'année 2020, les hausses les plus importantes de l'IPC annuel avaient été enregistrées à Guelmim (2,1%), à Beni-Mellal (1,3%), à Tanger et Laâyoune (1,0%), à Agadir, Rabat et Meknès (0,9%), à Marrakech, Settat et Al-hoceima (0,8%) et à Errachidia (0,7%).

En revanche, des stagnations avaient été observées au niveau des villes de Fès et Kénitra, avait noté le HCP dans son rapport.

Pour le mois de décembre 2021, il ressort des chiffres du Haut-commissariat au l'IPC a connu une hausse de 0,1% par rapport au mois précédent tandis que l'indicateur d'inflation sous-jacente a progressé de 0,3%.

L'évolution de l'indice des prix à la consommation à fin décembre dernier est " le résultat de la hausse de 0,1% de l'indice des produits alimentaires et de l'indice des produits non alimentaires ", a expliqué le Haut-commissariat.

Dans sa note d'information, l'institution publique indique que les hausses des produits alimentaires observées entre novembre et décembre 2021, ont concerné principalement les "Légumes" (4,7%), les "Huiles et graisses" (1,4%), le "Pain et céréales" (1,0%) et le "Café, thé et cacao" (0,3%).

Selon la même source, les prix ont diminué de 4,4% pour les "Fruits", de 2,3% pour les "Poissons et fruits de mer" et de 1,8% pour les "Viandes".

Pour ce qui est des produits non alimentaires, la baisse a concerné principalement les prix des "Carburants" (0,8%), a fait savoir le HCP.

" Dans ces conditions, a poursuivi le Haut-commissariat, l'indicateur d'inflation sous-jacente aurait connu une hausse de 0,3% au cours du mois de décembre 2021 par rapport au mois précédent ".

Pour rappel, en novembre dernier, l'IPC a enregistré une hausse de 0,2% par rapport au mois précédent en raison de la hausse de 0,3% de l'indice des produits non alimentaires et de la baisse de 0,1% de l'indice des produits alimentaires.

Les baisses des produits alimentaires observées entre octobre et novembre 2021 avaient concerné principalement les "Fruits" (7,2%), les "Poissons et fruits de mer" (1,9%) et les "Viandes" (0,1%), avait fait remarquer le HCP dans sa note d'information relative à cette période.

La même source avait en revanche noté une augmentation des prix de 2,0% pour les "Légumes", de 1,7% pour les "Huiles et graisses" et de 0,8% pour le "Lait, fromage et œufs".

S'agissant des produits non alimentaires, la note d'information avait indiqué que la hausse a concerné principalement les prix des "Carburants" de 3,1%.

Enfin, les données recueillies au titre de cette période (entre octobre et novembre) montraient que les hausses les plus importantes de l'IPC avaient été enregistrées à Marrakech (0,8%), à Casablanca et Dakhla (0,4%), à Meknès et Settat (0,3%) et à Agadir, Fès, Laâyoune et Guelmim (0,1%).

En revanche, précisait alors le Haut-commissariat, des baisses ont été enregistrées à Al-hoceima avec 0,9%, à Tétouan et Beni-Mellal avec 0,5% et à Kénitra avec 0,2%.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X