Madagascar: Diana - Bilan assez lourd dû aux fortes pluies

Le président de la République a visité, hier, un site d’hébergement des sinistrés à Mahamasina

La région Diana est touchée, depuis mercredi, par des pluies intenses qui ont provoqué des inondations. Antsiranana n'a connu aucune éclaircie depuis jeudi.

Quatre jours et quatre nuits à subir les pluies qui se sont abattues sur la région Diana et, en particulier, sur la ville d'Antsiranana. Ce n'est qu'hier, en début d'aprèsmidi que la pluie a commencé à s'estomper et qu'une lente décrue s'est mise en place. Toutefois, jusqu'ici, ces pluies n'ont pas été meurtrières. Aucune perte en vie humaine n'a été déclarée par le Comité régional de gestion de risques et de catastrophes (CRGRC) de Diana.

Selon le bilan provisoire que celui-ci a fourni, concernant la seule commune urbaine d'Antsiranana, neuf ménages du quartier de Manongarivotra, composés de dix adultes et de six enfants, sont déplacés au site d'hébergement du gymnase couvert. Le CRGRC est attend les résultats venant des communes et des districts. Dans tous les cas, les grandes pluies ont toujours laissé des séquelles sur leurs passages. Les rues ont été les premières victimes. Il semblerait que le tiers du réseau routier de la capitale du Nord a été affecté par les eaux pluviales.

Imperfections

Certaines rues ont été impraticables pendant quelques heures, voire une journée, causant beaucoup de désagréments, surtout au niveau de la circulation. Les axes Notre Dame, Lycée technique, Scama ont été submergés et recouverts de plusieurs centimètres de pluies, des torrents d'eau boueuse ont inondé la chaussée, les cours d'eau ont débordé...

Dans quelques secteurs d'Antsiranana, surtout dans les quartiers bas, des champs, des terrains, des maisons et établissements scolaires sont sous les eaux et quelques arbres sont tombés sur les routes. Les imperfections techniques commises par l'entreprise, lors de la construction des canaux d'évacuation d'eaux dans les quartiers, ont aggravé la situation.

Pour constater de visu les dégâts causés par ces précipitations, les membres du CRGRC et les autorités politico-administratives, civiles et militaires de la région Diana, ont montré leur solidarité face à cette catastrophe naturelle, en faisant une descente dans les quartiers inondés. Sur les lieux, ils ont résolu ensemble l'évacuation des eaux qui stagnent et le déplacement des personnes en danger à titre préventif en raison des risques de grosses crues dans les heures à venir et du danger d'écroulement de leurs maisons. " Les inondations sont fréquentes chez nous pendant la saison pluvieuse, car certaines constructions placées en aval de notre quartier empêchent l'eau de se déverser vers la partie basse de la ville ", souligne Bezafy, habitant du quartier de Mangarivotra surpris chez lui par la soudaine montée des eaux, vendredi.

Certains habitants d'autres quartiers se sont plaints d'avoir été mal informés de l'intensité des orages. D'autres ont refusé de se déplacer au gymnase et ont préféré demander asile à des membres de leurs familles respectives.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X