Afrique: Covid-19 - L'OMS demande aux Etats de lever les interdictions de voyages internationaux

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Director-General, World Health Organization, speaking during a media briefing on December 22, 2021.

Alors que les cas d'Omicron continuent d'accroîotre dans le monde, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est prononcée, le week-end dernier, contre l'interdiction des voyages internationaux et la vaccination obligatoire pour entrer dans les pays.

La décision fait suite à un constat fait par l'institution onusienne, notamment sur l'inefficacité des mesures prises par les Etats pour enrayer la propagation de la pandémie. Selon l'OMS, c'est le comité d'urgence du règlement sanitaire international qui a émis les recommandations, plus précisément à l'issue de sa dixième réunion sur la covid-19 qui s'est tenue le week-end dernier.

" Il est notamment recommandé de lever ou d'assouplir les interdictions de circulation internationale, car elles n'apportent aucune valeur ajoutée et continuent de contribuer au stress économique et social des États parties ", précise le communiqué final dudit comité, tout en reconnaissant que la pandémie reste assez grave pour mériter le plus haut niveau d'alerte de l'OMS. Car, la mise en œuvre d'interdictions générales de voyager n'est pas efficace pour supprimer la propagation internationale et peut décourager la notification transparente et rapide des variants émergents.

" C'est une manière pour les experts de l'OMS de rappeler que les mesures de voyage telles que le masquage, le dépistage, l'isolement, la quarantaine et la vaccination doivent être fondées sur des évaluations des risques et éviter de faire peser la charge financière sur les voyageurs internationaux, conformément à l'article 40 du Règlement sanitaire international ", souligne l'OMS.

Privilégier une approche fondée sur le risque pour faciliter les voyages internationaux

Selon l'organisation onusienne, l'obligation de fournir une preuve de vaccination contre la covid-19 pour les voyages internationaux pourrait ne pas être nécessaire, en tant que seule voie ou condition permettant les voyages internationaux. Il s'agit en fait d'une mesure renouvelée et déjà recommandée lors de la neuvième réunion du comité d'urgence.

" Les États parties doivent au contraire envisager une approche fondée sur le risque pour faciliter les voyages. Ceci, en levant ou en modifiant les mesures, telles que les exigences en matière de tests ou de quarantaine, conformément aux directives de l'OMS ", a exhorté l'organisation onusienne. Elle a précisé que c'est dans ce contexte que le comité de règlement d'urgence a également modifié l'une de ses recommandations relatives à la campagne vaccinale dans le monde. Ainsi, les experts défendent l'approche de l'OMS, qui invite la communauté internationale à faire en sorte qu'au moins 70% de la population de tous les pays soit vaccinée au début de juillet 2022 et intégrer la vaccination contre la covid-19 dans les services de santé de routine.

Nécessité d'une surveillance en temps réel des animaux réservoirs

Outre la première recommandation sur les voyages, le comité d'urgence de l'OMS a aussi émis une nouvelle recommandation qui demande aux pays de mettre en place une surveillance en temps réel sur les animaux réservoirs du virus donnant la maladie.

" Il s'agit exactement de mener des enquêtes épidémiologiques sur la transmission du SRAS-CoV-2 à l'interface homme-animal et une surveillance ciblée sur les hôtes et réservoirs animaux potentiels ", indique l'OMS. L'institution signifie que la surveillance en temps réel et le partage des données sur l'infection, la transmission et l'évolution du SRAS-CoV-2 chez les animaux permettront de mieux comprendre l'épidémiologie et l'écologie du virus. Cette surveillance permettra également d'identifier en temps nécessaire les éventuelles apparitions et évolutions des variants chez ces animaux et de pouvoir ainsi évaluer les risques en matière de santé publique.

" L'étude épidémiologique de la transmission du SRAS-CoV-2 par des animaux exposés à des patients atteints de covid-19, la surveillance ciblée des hôtes potentiels et le suivi continu des mutations du SRAS-Cov-2 chez les animaux nous aideront à comprendre comment les virus évoluent chez les animaux, si de nouveaux variants apparaissent et si elles représentent une menace pour la santé publique ", conclut l'OMS.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X