Afrique: Les Seychelles sont à nouveau classées pays le moins corrompu d'Afrique - Mais doivent s'attaquer au secret financier, selon Transparency International

Indice de perception de la corruption (IPC) 2021 en Afrique

Les Seychelles ont maintenu leur position pour la quatrième année consécutive en tant que pays le moins corrompu d'Afrique subsaharienne selon l'indice de perception de la corruption (IPC) 2021 de Transparency International et ont gagné quatre places dans le monde.

Le rapport de l'IPC, publié mardi, évalue la perception de la corruption dans le secteur public en utilisant une échelle de 0 à 100, où 0 est très corrompu et 100 est irréprochable. Les Seychelles sont passées de la 27e place à la 23e au niveau mondial avec un score de 70 points. L'État insulaire a également surclassé les grandes démocraties occidentales comme les États-Unis, qui sont restés à la 27e position avec un score de 67 points.

La Finlande, le Danemark et la Nouvelle-Zélande sont en tête de l'indice avec 88 points chacun.

Dans un communiqué de presse mardi, la directrice générale de la Commission anti-corruption des Seychelles (ACCS), May De Silva, s'est félicitée de l'évaluation des Seychelles en déclarant "que le travail que le pays a fait pour lutter contre la corruption porte ses fruits et est reconnu."

Cependant, elle a averti que bien que "les Seychelles continuent d'être le pays le moins corrompu d'Afrique, nous ne pouvons pas nous contenter d'avoir eu le score le plus élevé de 70 sur 100 sur l'indice".

Cela est repris dans le rapport d'index, qui souligne que "les gains doivent être encore renforcés, et non inversés". Par exemple, l'Assemblée nationale des Seychelles a récemment voté pour supprimer l'obligation pour les conjoints et les membres de la famille des hauts fonctionnaires de déclarer leurs biens, créant une nouvelle échappatoire. "

Il a également appelé le pays à lutter contre le secret financier "qui en a fait une destination attrayante pour l'argent sale du monde entier".

Pendant ce temps, l'ACCS a actuellement deux affaires devant la Cour suprême des Seychelles, à savoir l'affaire des "50 millions de dollars manquants", où de l'aide venu de l'étranger a été retirée d'un compte gouvernemental en 2002, et la mauvaise gestion des prêts à la Seychelles Business Finance Agency (SBFA).

Le président des Seychelles réagit

Dans un communiqué de presse publié mardi en fin de journée, le président des Seychelles, Wavel Ramkalawan, a exprimé sa fierté quant aux résultats obtenus par le pays dans l'IPC.

"C'est une indication claire que, aussi petits que nous soyons, les Seychelles sont sur la bonne voie pour combattre la corruption dans notre pays", a-t-il déclaré.

M. Ramkalawan a déclaré qu'il croyait fermement que les Seychelles "continueront à faire beaucoup mieux".

"Le gouvernement reste engagé et pleinement engagé dans la tâche qui nous a été confiée par le peuple pour sauvegarder et assurer que les contributions des contribuables sont correctement comptabilisées et dépensées judicieusement pour le bénéfice de tous", a-t-il déclaré.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X