Centrafrique: Prudence et interrogations au sujet de la LRA

25 Janvier 2022

L'annonce de la LRA d'abandonner le combat ne convainc pas les Centrafricains qui sont aussi très critiques au sujet de la volonté de son chef, Joseph Kony, de revenir en Centrafrique.

Les souffrances infligées par la LRA à la population centrafricaine dans le Haut-Mbomou avaient contraint les Etats Unis à intervenir en 2008. Aujourd'hui, alors que la LRA affrime vouloir rendre les armes et que son chef, Joseph Kony, recherché par la Cour pénale internationale, souhaiterait revenir et même demander la nationalité centrafricaine, une grande partie des Centrafricains s'estiment choqués. Le journaliste Cyrus Emmanuel Sandy parle d'un échec.

"En 2008 si ma mémoire ne me lâche pas, lorsque notre frère Barack Obama a accédé au pouvoir, nous pensions que les Américains étant là, cela allait être la fin de la LRA. Mais malheureusement on s'est rendu que ça été un échec. Et Donald Trump quand il est arrivé, il a arrêté carrément cette mission en Centrafrique. Vous voyez, cela veut dire que les Occidentaux d'une manière générale, leur idéologie dominante n'a pas quelque chose de cohérent, la communauté internationale n'est pas adaptée à la situation africaine" expllique t-il.

Entre optimisme et méfiance

Mais l'ambassadrice des Etats Unis, en fin de mission dans le pays, n'est pas de cet avis. Lucie Timlin parle d'affaiblissement de la capacité de nuisance de la LRA."Vu qu'il a commis des crimes horribles, nous avons essayé avec nos moyens, en conjuguant nos efforts avec ceux de l'Union africaine et les membres de la Task force, y compris aussi les forces ougandaises, de détruire les bases de soutien de Joseph Kony. Malgré le fait qu'on n'a pas pu le trouver, je pense qu'on a quitté le pays en sachant qu'on a éradiqué la plupart des bases de soutien et les menaces posées par les groupes armés qui étaient devenus moins importants" précise la diplomate.

Thierry Vircoulon de l'International Crisis Group, se méfie pour sa part de la démarche des lieutenants de Joseph Kony et il appelle à la prudence.

Selon lui "il faut faire attention à cette information parce que ce n'est pas la première fois qu'il y a des rumeurs de reddition de Joseph Kony. De plus les informations ont l'air de venir des lieutenants de Joseph Kony qui seraient dans le Haut Mbomou et donc il n'est pas sûr que ces gens soient en liaison régulière avec lui.

Sur le choix de la Centrafrique, ça parait étrange en effet parce que la LRA, l'organisation de Joseph Kony, a commis des crimes au Congo, en Ouganda, au Sud-Soudan et en Centrafrique et donc il n'y a pas un pays où elle ne pourrait pas être poursuivie dans la zone".

Si la mission militaire n'a pas réussi à arrêter Joseph Kony, la justice internationale demeure le dernier rempart pour les victimes mais aussi pour l'Etat qui voit son territoire en partie occupé par la LRA.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X