Afrique: CAN 2022 - Les Ivoiriens peuvent compter sur leurs rescapés de 2015

Sept champions d'Afrique ivoiriens en 2015 font partie de l'expédition camerounaise de la CAN 2022. Tous n'ont la même influence sur le groupe depuis le début de la CAN, mais leur expérience pourrait être déterminante si les Éléphants veulent aller loin.

Patrick Beaumelle, le sélectionneur de la Côte d'Ivoire, adjoint d'Hervé Renard lors du sacre ivoirien en Guinée équatoriale, est lui bien placé pour mesurer l'importance des sept champions d'Afrique 2015 qu'il a inclus dans sa liste des 28 pour guider sa troupe. " C'est une force qu'on a d'avoir des joueurs qui ont vécu une victoire de CAN. Ils ont ce recul nécessaire pour accompagner les plus jeunes ", témoigne l'attaquant Sébastien Haller en conférence de presse pour parler de l'apport des " anciens de 2015 ". Depuis le début de la CAN, les sept sages ont connu des fortunes diverses entre les piliers de l'équipe-type et ceux qui attendent leur heure.

Ils restent indéboulonnables

Serge Aurier n'a pas hésité à enfiler les gants, malgré lui, lors de Côte d'Ivoire Sierra Leone (2-2) pour remplacer Ali Badra sorti sur blessure dans les arrêts de jeu. Titulaire sur le côté droit de la défense lors la CAN 2015, le joueur de Villarreal est toujours le préposé du couloir droit des Éléphants. Le capitaine prend à cœur son rôle et a montré l'exemple face à l'Algérie après avoir manqué le premier match contre la Guinée équatoriale pour cause de suspension. Éric Bailly n'a pas non plus disputé tous les trois matches de poule.

Blessé lors de la rencontre face à la Sierra Leone, le défenseur de Manchester United a manqué le choc face à l'Algérie. Ce mercredi, il sera de retour affirme son entraîneur Patrick Beaumelle. " Il sera là avec un casque ", renseigne le sélectionneur. Le dernier pilier du 11 ivoirien est Max-Alain Gradel. Vice-capitaine, guide de l'attaque, l'ancien joueur de Saint-Etienne n'a eu besoin quelques minutes pour entrer dans cette CAN et mettre son équipe sur de bons rails en marquant contre la Guinée équatoriale dès la 5e minute du premier match.

Ils attendent leur heure

L'éternel Serey Die est toujours là. Présent dans tous les grands moments de la sélection depuis 2013, le doyen de la sélection (37 ans) fait office de guide. Il était encore là pour pousser ses partenaires et montrer l'exemple dès son entrée en jeu face à la Guinée équatoriale et l'Algérie. Titulaire en défense lors de la finale de 2015, Wilfried Kanon fait partie de l'aventure 2022 et dispute sa quatrième CAN. Mais le défenseur de Pyramids FC (Égypte) fait partie des remplaçants et n'a disputé qu'une vingtaine de minutes depuis le début de la CAN. C'est toujours mieux que Jean-Daniel Akpa-Akpro (Lazio Rome/Italie) qui a été sur la feuille de match contre la Guinée équatoriale, mais n'est pas entré en jeu. Pour l'instant, le milieu de terrain de la Lazio Rome (Italie) n'a disputé aucune minute dans cette CAN.

Sylvain Gbohouo, le gardien titulaire jusqu'à la finale, n'a pas non plus eu l'occasion de s'exprimer. Et pour cause, le joueur de Wolkite City (Éthiopie) est suspendu depuis le 1er janvier pour dopage, et malgré l'appel de la Fédération ivoirienne, Gbohouo ne devrait pas porter les gants dans cette compétition.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X