Cote d'Ivoire: Bouaflé/ Après le renversement d'une citerne d'hydrocarbured dans le fleuve Marahoué

8 Février 2022

Tchagba affecte 11 camions- citernes au ravitaillement de la ville en eau potable

Ce vendredi 4 février 2022, le ministre de l'Hydraulique, Laurent Tchagba, a effectué une mission à Bouaflé pour s'enquérir de l'évolution de la crise d'eau que vivent les populations depuis le déversement accidentel du contenu d'un camion citerne transportant de l'hydrocarbure dans le fleuve Marahoué.

En effet depuis le 26 janvier 2022, un camion-citerne transportant des hydrocarbures s'est renversé à l'entrée du pont de la Marahoué, déversant tout son contenu dans le fleuve, juste à proximité de la station de traitement de la Société de distribution d'eau de Côte d'Ivoire (SODECI). Par précaution, la station a été mise à l'arrêt afin que l'examen en laboratoire de la qualité de l'eau se fasse pour éviter tout risque de contamination des populations par une eau polluée.

Dès les premières heures de cette crise, Laurent Tchagba a mobilisé la direction régionale de l'hydraulique de la Marahoué, l'ONEP et la SODECI afin que toutes les dispositions techniques soient prises pour maîtriser cette pollution. Aussi a-t-il fait affecter 4 camions-citernes afin que les populations soient desservies en eau potable. Ce service par les camionsciternes de l'ONEP est appuyé par un camion-citerne du Centre de secours d'urgence de Bouaflé.

Ces cinq citernes fournissent 56.000 litres d'eau par voyage et les points de remplissage de ces citernes sont la ville de Pakouabo à 20 km de Bouaflé et une société de brasserie dans la région dont le forage est à 3 km de la ville. Malheureusement en dépit de toutes ces dispositions, l'approvisionnement restait insignifiant par rapport à la taille de la population. C'est pourquoi, le ministre de l'Hydraulique a encore affecté ce vendredi 04 février 2022, six autres camions-citernes.

Au total, 11 camions-citernes desservent actuellement les populations. Aussi, le ministre annonce que des cubutainers (gros flux de réserve d'eau) seront installés sur les sites sensibles comme l'hôpital. Laurent Tchagba a présenté ses excuses aux populations pour cet incident indépendant de sa volonté, les appelle au calme et les rassure que toutes les dispositions sont prises afin de rétablir la situation dans les meilleurs délais. Le Centre Ivoirien Antipollution (CIAPOL) a déjà mené des actions de dépollution du 31 janvier au 2 février 2022.

Suite à cette dépollution, la SODECI fera encore des analyses, afin de déterminer la qualité de l'eau brute et traiter toute la filière pour assainir toute la canalisation avant la remise en service de la station de traitement d'eau. Le préfet de région, Gombagui Gueu Georges qui avait à ses côtés le député de Bouaflé, Koné Issiaka et le 4ème vice président du conseil régional Gbosso Vincent, représentant le président Zamblé Zephirin, s'est réjoui de la promptitude avec laquelle le ministre de l'Hydraulique a réagi à cette crise pour trouver des solutions.

Au nom des populations, il a traduit sa reconnaissance et sa gratitude au ministre pour toutes les actions menées. Il a enfin espéré que la situation soit rétablie dans les meilleurs délais. Laurent Tchagba a rassuré sur la gestion rapide de cette crise et il en a profité pour présenter les projets hydrauliques en cours dans la région pour renforcer l'accès à l'eau potable des populations.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X