Gabon: "𝗝𝗲 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗶𝗲𝗻𝘀 𝗹𝗮 𝗱é𝗰𝗶𝘀𝗶𝗼𝗻 𝗮𝗳𝗳𝗲𝗰𝘁𝗮𝗻𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗺𝗶𝗹𝗶𝘁𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 𝗮𝘂𝘅 𝗺𝗶𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝘀𝗮𝗹𝘂𝗯𝗿𝗶𝘁𝗲́"Meboon Môôn Meba Ondo

19 Février 2022

Le ministère de la Défense a fait lire dans la soirée d'hier un communiqué annonçant l'affectation des militaires aux missions de salubrité au sein du Grand Libreville.

Loin des moqueries et postures de politique politicienne qui commentent cette actualité, il faut saluer cette décision et rappeler certains faits et principes qui la justifient.

D'abord, les faits ne sont pas nouveaux. Que chacun revisite la Constitution au titre préliminaire des principes et droits fondamentaux. L'article premier, alinéa 22, dispose que :"En temps de paix, les forces armées gabonaises peuvent participer aux travaux de développement économique et social de la Nation" ;

Mieux, il a été créé un Corps du Génie militaire au sein de notre armée. En septembre 2013, par exemple, ce Génie militaire participait déjà à la salubrité de la ville.

Pour un ministère de la Défense nationale qui compte un peu plus de 22 291 fonctionnaires militaires, soit l'effectif le plus important, lorsqu'on détache l'Education nationale de l'Enseignement supérieur (27 533 fonctionnaires pour les deux départements en 2021), il est justifié que son budget de plus de 142 milliards de FCFA serve également aux activités d'intérêt général en temps de paix comme l'indique la Constitution.

Quant à ceux qui se demandent à quoi sert finalement la taxe de 7% prélevée sur les factures d'électricité à la SEEG pour la gestion des ordures ménagères... Qu'ils se rapprochent du Parlement censé voter les budgets, contrôler et évaluer l'action du gouvernement.

Cependant, nous savons tous que le budget n'est qu'une prévision. Le principe même de l'unicité des caisses de l'Etat minimise l'option d'une gestion différenciée des recettes générales. Même si la taxe collectée par la SEEG est reversée au Trésor, cet argent pourrait être affecté à un autre usage. Les décaissements financiers sont à la discrétion de la Présidence de la République, en fonction de ce qu'elle juge prioritaire. C'est connu.

D'où l'invitation à rendre effective la décentralisation ou l'autonomie de gestion financière de certaines entités de l'Etat.

De même, ceux qui, à l'occasion de la présente décision, cachent mal leur mépris à l'endroit du métier d'éboueur doivent se rappeler que ce sont des compatriotes, et non des animaux, qui assument de nettoyer nos ordures. Parfois, avec des salaires de misère et sans véritables assurances face aux risques auxquels ils s'exposent.

Je loue le courage de ces compatriotes qui, quotidiennement, pratiquent ce métier d'éboueur. En tentant de rendre nos villes plus salubres et moins exposées aux maladies pour nous protéger.

Que nos militaires se joignent donc à cet effort est salutaire.

Nul besoin d'y associer nos querelles politiciennes habituelles. A chacun son couloir.

Dit Meboon Môôn Meba Ondo - Officiel

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.