Afrique: Promotion des Langues maternelles - Yes ! African - Clôture du symposium ce mercredi à Kinshasa

Le monde a célébré le lundi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle décrétée par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) depuis 2000.

A l'occasion, la structure "Yes african" a organisé un atelier de 3 jours, soit du 21 au 23 février 2022 dans la salle évènementiel du Show Buzz de Kinshasa, dans la Commune de la Gombe pour tenter de répondre à la question sur la place que l'Afrique occupe pour l'enseignement multilingue basé sur la langue maternelle africaine à l'apprenant.

Pour la deuxième journée, mardi 22 février dernier, il était question de parler avec beaucoup plus de précisions sur le rôle du niveau préscolaire dans l'enseignement multilingue basé sur la langue maternelle de l'apprenant. Le thème choisi par le comité organisateur est : l'Afrique est-elle prête pour l'enseignement multilingue basé sur la langue maternelle africaine de l'apprenant ?

"(... ) Pendant un moment, dans notre école, nous avions commencé à enseigner de chansons en lingala aux élèves, en ne sachant pas que cette langue était interdite chez-eux et quand ces enfants-là partaient chanter à la maison, leurs parents n'étaient pas d'accord. Pour ces parents, le fait que leurs enfants chantaient en lingala était pour eux un obstacle, car ces derniers ne pouvaient pas s'exprimer en lingala en considérant que parler en lingala est l'un des signes de manque d'intelligence pour leurs enfants.

Un moment donné ,nous aussi, nous étions obligés d'arrêter avec la pratique d'apprentissage aux élèves de choses en lingala, de peur que nous perdions nos élèves vu que nous sommes une école privée et ce sont les parents de ces élèves qui assurent le bon fonctionnement de notre établissement", a souligné une des intervenantes.

A en croire le Directeur General de l'observatoire de langues, le professeur Mukash Malel, les congolais qui s'intéressent aux langues maternelles congolaises doivent approcher les linguistes et les pédagogues pour bénéficier de cet apprentissage. "Il doit avoir la formation de ceux qui s'intéressent aux langues congolaises. Il doit approcher les linguistes et les pédagogues et ensemble, on va mettre en place les outils. Au niveau du ministère de l'Enseignement primaire, secondaire et Technique, on est en train d'élaborer de manuels en langues congolaises", a indiqué le professeur Mukash Malel.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X