Cote d'Ivoire: Partenariat pour un gouvernement ouvert - l'AFD accompagne 5 pays francophones à hauteur de 4,6 milliards de FCfa

28 Février 2022

L'Agence française de développement (Afd) poursuit son soutien aux pays francophones d'Afrique engagés dans le Partenariat pour un gouvernement ouvert (Ogp). La présentation du bilan du Pan 3 a été l'occasion pour Emmanuel Debroise, directeur de l'Afd en Côte d'Ivoire, de réitérer ce soutien dans le cadre du Programme d'appui aux gouvernements ouverts francophones (Pagof) dont la 2e phase devrait être lancée le 1er avril 2022.

C'était lors de la cérémonie bilan du Plan d'actions national de la Côte d'Ivoire à l'hôtel Pullman au Plateau, ce 28 février 2022. Cela va se traduire par le déblocage de 4,6 milliards de FCfa en faveur de cinq pays francophones (Tunisie, Côte d'Ivoire, Burkina Faso, Sénégal et Maroc) sur une période de 3 ans et demi, a-t-il précisé.

Selon lui, " le Pagof 2, ce sera aussi 700 mille euros de subventions à Cfi pour le renforcement de capacités des médias et journalistes et 700 mille euros de subventions qui seront accordés aux organisations de la société civile des cinq pays couverts par le projet et potentiellement aux Osc des pays en phase d'adhésion ".

Les détails de cette nouvelle phase seront " co-définis " prochainement avec les administrations concernées et les organisations de la société civile.

Ce nouvel engagement de l'Afd découle du succès rencontré lors de la 1ère phase. Puisqu'au dire de Nicole Nkoa, coordinatrice du Pagof, un budget consommé d'environ 456 millions de FCfa (695 140 euros sur la durée du projet) est venu soutenir les actions Ogp de la Côte d'Ivoire. Cela, à travers " 69 grandes activités réalisées, 2356 sujets de droits touchés, dont 29% de femmes, 31 ministères sensibilisés et associés aux activités et 38 Osc impactées ", a-t-elle souligné.

Pour Nicole Nkoa, le succès de la phase 1, ce sont aussi " les échanges de pratiques entre pairs des pays nouveaux adhérents ou prétendants à l'adhésion Pgo, que ce soit sous la forme des séminaires régionaux et visites d'étude, ont été très fortement appréciés ".

Mais également " l'appui technique à la réalisation d'outils concrets (plateformes en ligne, portails, etc.) et la mise à disposition de l'expertise française sur des aspects techniques très spécifiques ont été cités comme des forces du projet ".

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X