Gabon: CAPAL - Pénurie de poisson frais en cours de téléchargement

Les étals du Centre d'Appui á la Pêche Artisanale de Libreville (CAPAL) étaient quasiment vides ce dimanche. Impossible, par exemple, de trouver du capitaine. Vendeuses et clients patientaient l'arrivée des pêcheurs.

Hier, c'était désert, pas de poisson. À la grande désolation des vendeuses et des clients explique Jean Valentin, un habitué des lieux. Certains racontent que

le racket de la brigade nautique sur les pêcheurs en mer, seraient l'une des raisons qui font que les pirogues reviennent à vide. D'autres ne prennent plus de risques et laissent leurs pirogues à quai, font-ils savoir.

La pénurie de poisson frais n'est pas loin. "On voudrait pousser les populations à consommer du poisson congelé importé, acheté dans les magasins des mêmes qui n'en ont jamais assez, qu'on ne s'y prendrait pas autrement. C'est normal : le poisson frais y est vendu au CAPAL à des prix à la portée de tous, selon une mercuriale : 3000 F maximum le kilo. Ce n'est pas dans l'intérêt des propriétaires de notre économie !" fait savoir Jean Valentin L.

Que va penser le Gouvernement japonais qui a offert cette belle infrastructure au Gabon ? s'interroge t-il. "On doit invariablement réitérer que, dans le contexte de la gouvernance du pays, les meilleurs outils ne peuvent pas donner leur pleine mesure et sont condamnés. On a mal au pays"s'indigne t-il.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X