Sud-Soudan: Riek Machar appelle le général soudanais al-Burhan à l'aide

Le président du Conseil de souveraineté de transition (CST), le lieutenant-général Abdul-Fattah Al-Burhan reçu à Juba par le président de la République du Sud Soudan, Salva Kiir Mayardit

Face aux tensions croissantes avec le président Salva Kiir, son vice-président Riek Machar tente d'obtenir l'aide des pays d'Afrique de l'Est rassemblés au sein du bloc Igad et en particulier celle du voisin du Nord, le Soudan. Khartoum est en effet l'un des garants de l'accord de paix sud-soudanais, signé en 2018 après cinq ans de guerre civile.

Ce samedi 26 mars, face à la " détérioration de la situation sécuritaire ", selon les mots de M. Machar, il a écrit une lettre au président du Conseil de la transition au Soudan, le général Abdel Fattah al-Burhan. Il réclame une intervention urgente des garants de l'accord de paix. La semaine qui vient de s'écouler a été marquée par une montée des tensions au Soudan du Sud, avec le retrait de Riek Machar des instances de surveillance des aspects sécuritaires de l'accord de paix, et des combats rapportés dans l'État du Haut-Nil.

C'est un appel à l'aide teinté d'impuissance qui est lancé par Riek Machar au général al-Burhan. En février 2020, Machar avait accepté - avec réticence - de revenir à Juba sans son armée. Des " forces unifiées " rassemblant troupes gouvernementales et rebelles étaient prévues. Mais, depuis, l'unification n'a pas eu lieu. Riek Machar demande, dans son courrier, que les forces unifiées puissent enfin être créées.

Le vice-président dénonce en outre les " attaques systématiques " de ses bases par l'armée gouvernementale. Selon lui, ces attaques se multiplient et sont des " preuves " de la détérioration en cours, " un motif d'inquiétude grave aujourd'hui ", écrit-il.

" Nous demandons, de manière urgente, poursuit Machar, l'intervention de l'Igad et des autres partenaires internationaux pour convaincre le président Salva Kiir de ne pas replonger ce pays dans la guerre ". Le responsable réclame notamment la démilitarisation des principales villes du pays et l'arrêt des " attaques " contre les sites de cantonnement et d'entraînement des soldats de l'opposition.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X