Afrique: VIH-SIDA - Une rencontre de haut niveau ouverte à Nairobi

Les parties prenantes sont invitées à investir dans la prévention du VIH.

Organisée par le Fonds mondial, la réunion de haut niveau va permettre aux participants venus de dix-neuf pays africains, dont la République démocratique du Congo (RDC), de discuter, de manière approfondie et franche, sur les objectifs de ce fonds, notamment en ce qui concerne l'éradication du VIH-sida dans l'agenda 2030.

La RDC participe à la réunion de Nairobi en qualité de membre entrant de la région est-ouest d'Afrique du Fonds mondial. Représentant son pays, le ministre de la Santé publique, Jean-Jacques Mbungani, s'est appesanti sur les aspirations reprises dans l'agenda 2063, qui constituent le plan du continent pour faire de l'Afrique une puissance mondiale capable d'assurer un développement inclusif et durable.

Pour lui, l'agenda 2063 repose sur un leadership fort, évolutif et ciblé qui assure le maintien de la trajectoire de développement de l'Afrique, tout en s'adaptant rapidement à des contextes en mutation sur le plan mondial, tels que celui de la covid-19. "Nos échanges au cours des trois prochains jours doivent être ancrés dans les idéaux du rêve africain d'un continent radieux, prospère et sain. En ce qui concerne la santé, notre agenda doit tenir compte de l'initiative de la réunion des dirigeants africains. Cette initiative vise à assurer un financement accru, durable et plus efficace de la santé en Afrique" ,a-t-il déclaré.

Par ailleurs, la poursuite des objectifs mondiaux plus importants tels que la réalisation de la couverture santé universelle et des objectifs de développement durable, notamment l'objectif n°3 (vie saine et bien-être pour tous) sont également des impératifs cruciaux qui devront être l'objet des discussions dans les prochains jours, a souligné le ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention. Rappelant au passage le bouleversement causé par la covid-19 dans la vie humaine durant ces deux dernières années, il a soutenu qu'à ce jour, l'Afrique a rapporté environ onze millions et demi de cas de covid-19 dont plus de deux cent cinquante mille décès.

Ainsi, Jean-Jacques Mbungani a énuméré plusieurs priorités qui devraient figurer en bonne place des réflexions des participants. " Nous devons désormais radicalement nous tourner vers une approche fondée sur l'équité pour lutter contre le VIH/sida dans les segments de la société qui sont actuellement laissés de côté. Il s'agit notamment de la population clé et vulnérable, telle que les adolescentes et les jeunes femmes, les professionnels du sexe, les lesbiennes, les gays, les bisexuels, les transgenres et les intersexuels, LGBTI en sigle, les consommateurs de drogues injectables, les migrants et les prisonniers. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que le principe de la santé universelle soit pleinement appliqué dans notre génération...", a -t-il déclaré.

Ces assises de trois jours s'inscrivent dans le cadre d'une rencontre préparatoire et vont se poursuivre, le 29 avril prochain à Addis Abeba, en Ethiopie. Et ce sera à l'issue de cette réunion d'Addis-Abeba que le ministre Jean-Jacques Mbungani Mbanda prendra officiellement ses fonctions en qualité de représentant Afrique du Fonds mondial dans la région est-ouest pour un mandat de cinq ans.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.