Congo-Kinshasa: La RD Congo choisit le pétrole plutôt que les forêts tropicales et les droits de l'homme - Greenpeace Afrique appelle à supprimer "l'erreur historique" de vendre aux enchères 16 nouveaux blocs pétroliers

Radio Okapi/Ph. John Bompengo
(illustration) La distribution du carburant dans une station service à Kinshasa
communiqué de presse

Kinshasa, le 14 avril 2022 : Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a approuvé lors la quarantième réunion du conseil des Ministres un plan de vente aux enchères de 16 blocs pétroliers. Greenpeace Afrique appelle le gouvernement congolais qui décidément s'obstine au forage du pétrole à révoquer ce plan controversé qui aurait des conséquences catastrophiques sur les communautés, la biodiversité et le climat mondial.

" La vente aux enchères de nouveaux blocs pétroliers peu importe l'endroit est mauvaise et porte atteinte au droit des communautés à un environnement sain. Le projet des grandes compagnies pétrolières de saccager les écosystèmes les plus sensibles du Congo est une erreur historique qui doit être corrigée immédiatement ", a déclaré Irène Wabiwa Betoko, chef de projet international pour la forêt du bassin du Congo pour Greenpeace Afrique.

La semaine dernière, le conseil des Ministres a largement approuvé la proposition 2021 du ministère des Hydrocarbures et la mise aux enchères de 16 blocs pétroliers, dont au moins neuf dans l'écosystème sensible de la Cuvette centrale.

La science est claire : les gouvernements doivent réduire de moitié les émissions de CO2 d'ici la fin de la décennie et arrêter maintenant le développement de tout nouveau projet de combustible fossile. Cet impératif, ainsi que l'engagement de la RDC à devenir un "pays solution" au changement climatique, est bafoué en invitant les grandes sociétés pétrolières dans la forêt du bassin du Congo. La Cuvette Centrale est un complexe riche en tourbières, en biodiversité et, selon les estimations de 2017, contient environ 30 gigatonnes de carbone, soit l'équivalent de trois ans d'émissions mondiales de CO2.

" Les pays donateurs, qui ont promis 500 millions de dollars pour protéger la forêt tropicale du Congo lors de la COP26 à Glasgow, se rendent compte de l'ampleur du chaos qui prévaut dans la gestion de ces forêts. Ils doivent maintenant aborder les plans louches et chaotiques pour remplacer les forêts tropicales et les tourbières par du pétrole ", a ajouté Irène Wabiwa. " Les pays donateurs peuvent aider le gouvernement congolais à devenir un pays de solutions plutôt qu'un producteur de nouvelles pollutions, en augmentant les investissements dans les énergies renouvelables et en élargissant les plans de gestion communautaire des forêts.

FIN

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X