Rwanda: Comment les soins à domicile ont facilité la riposte à la Covid-19 au Rwanda

communiqué de presse

Kigali — Lorsque les cas et les décès dus à la COVID-19 au Rwanda ont commencé à augmenter au début de l'année 2022, les autorités sanitaires ont pris la ferme résolution de ne plus revivre l'amère expérience vécue lors des vagues précédentes de la pandémie. Malgré la riposte bien coordonnée du pays, les hôpitaux avaient alors été submergés par la demande et avaient du mal à s'adapter.

Une solution a été trouvée avec l'opération Save the Neighbour (Sauver le voisin), une initiative visant à sauver des vies au niveau communautaire et à alléger la pression sur les hôpitaux en intégrant les médecins dans les équipes de soins à domicile.

" Lorsque vous êtes un professionnel de la santé et qu'il y a une situation d'urgence sanitaire dans votre communauté, il est de votre devoir de faire partie de la solution ", souligne le Dr Emile Rwamasirabo, chirurgien urologue participant au programme.

Les soins à domicile contre la COVID-19 ont été introduits en septembre 2020 pour alléger la pression qui pesait sur les établissements de santé, en adaptant les orientations publiées par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) au contexte du pays.

Avec l'opération Save the Neighbour, les géolocalisations des patients et des médecins sont cartographiées, puis les médecins sont mis en équipe avec des agents de santé communautaires pour s'occuper des cas à proximité.

L'opération Save the Neighbour a été lancée plus tôt cette année dans le district de Gasabo, localité où les taux d'infection par la COVID-19 sont les plus élevés, avec plus de 2500 cas d'infection notifiés dans 501 villages. Cette opération était soutenue par les responsables du district et par le Joint Action Development Forum (Forum de développement de l'action commune), une plateforme multipartite qui œuvre pour un développement socioéconomique durable et une meilleure prestation des services au profit des communautés rwandaises.

Dans les deux semaines qui ont suivi le lancement de l'initiative, la couverture des visites à domicile était passée de 30 % à 92 %. Avec 82 % des patients soignés à domicile ayant une saturation en oxygène régulièrement contrôlée, le nombre de décès a diminué grâce aux référencements précoces.

Cette approche a renforcé le système de soutien autour des agents de santé communautaires, qui peuvent désormais prendre en charge 100 patients atteints de COVID-19. L'initiative a permis de former et d'équiper les agents de santé communautaires et de leur garantir le soutien des médecins.

" En tant qu'agents de santé communautaires, nos connaissances et nos compétences sont limitées, et la population en est consciente ", déclare Rutagarama Wendislas, agent de santé communautaire en chef dans le secteur de Gisozi à Kigali, la capitale. " Savoir que nous pouvons simplement joindre le médecin pour obtenir de l'aide a renforcé notre assurance et créé un climat de confiance au sein de la population ", a-t-il ajouté.

Rutagarama se souvient d'un cas grave qu'il a géré avec l'aide de l'opération Save the Neighbour.

" On avait vraiment l'impression d'être une équipe ", a-t-il indiqué. " Les médecins étaient utiles dans l'analyse des informations que nous avons partagées et prenaient des décisions rapides lorsqu'ils constataient que le patient pouvait plonger dans un état critique ".

L'approche des soins à domicile a eu un impact positif sur la réponse du Rwanda aux pics des vagues de la pandémie. Par exemple, à la fin du mois de mars 2022, en tout 98 % des cas confirmés cumulés de COVID-19 dans le pays étaient traités à domicile.

Selon le Dr Brian Chirombo, Représentant de l'OMS au Rwanda, la confiance de la population en sa capacité de trouver ses propres solutions a été très bénéfique pour le pays dans la riposte à la pandémie.

" Le plus grand atout du système de santé rwandais est son personnel et son esprit d'innovation ", dit-il. Avant de conclure que : " Nous espérons que l'opération Save the Neighbour sera reproduite ailleurs, même au-delà des périodes de crise. "

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X