Niger: Le ministre de la Communication Mahamadou Zada écroué pour détournements de fonds

Prison à Niamey

Le ministre de la Communication Mahamadou Zada a été écroué à la prison de Kollo. Entendu le mardi 19 avril par un juge d'instruction du pôle économique et financier, il a été placé sous mandat de dépôt pour détournement d'argent avant qu'il n'entre au gouvernement.

C'est la première fois au Niger qu'un ministre en exercice est incarcéré. Le ministre Mahamadou Zada vient de passer sa première nuit à la prison civile de Kollo, non loin de la capitale. Placé sous mandat de dépôt mardi par le juge d'instruction du pôle économique et financier, il est accusé de détournements de deniers publics.

L'accusation concerne une somme de 3 milliards de francs CFA appartenant à la Société du patrimoine des mines du Niger (Sopamin), une société d'État qu'il dirigeait avant qu'il ne soit nommé ministre de la Communication. Cette somme devait être placée dans une coopérative de microfinance dénommée Taanadi et générer des bénéfices. Mais la somme d'argent n'a pas été enregistrée dans les livres comptables de la coopérative. Le juge cherche encore les traces de ces milliards.

Lutte contre la corruption

Plusieurs agents de Taanadi sont aux arrêts et le ministre Mahamadou Zada n'est pas soutenu par son parti, le Mouvement patriotique pour la République (MPR), où il occupait le poste de secrétaire général. Il ne l'est pas non plus par le gouvernement et doit justifier le placement des 3 milliards de francs CFA.

Dans son discours d'investiture, le président Mohamed Bazoum l'avait souligné, il fait de la lutte contre la corruption et le détournement de deniers publics son cheval de bataille : " Quiconque a une responsabilité dans l'administration répondra désormais tout seul de ses actes, au cas où son comportement devrait commander une mesure coercitive à son encontre ".

Au Niger, plus d'une trentaine de hauts cadres de l'État sont déjà sous les verrous au cours de cette première année du mandat du président.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X