Madagascar: Eau de la Jirama - Une potabilité remise en cause

L'eau de la Jirama est-elle potable ? Une question qui revient souvent et que la compagnie d'eau et d'électricité répond par oui. Le doute est toutefois présent et les divers résultats d'analyse avancés et publiés par des centres et laboratoires ne vont pas en faveur de la compagnie.

Boire directement l'eau du robinet n'est pas recommandé.

" Les éléments de recherches ne respectent pas les critères de potabilité fixés par le décret n°2004-635 du 15/06/04 relatif aux normes de potabilité Malagasy ". C'est ce qu'on peut lire dans un résultat d'analyse de la qualité de l'eau de la Jirama menée dans le cadre d'un prélèvement de contrôle dans le quartier d'Ivato. Sur quatre échantillons soumis pour analyse auprès de l'Institut Pasteur de Madagascar (IPM) ce mois d'avril 2022, trois ne " respectent pas les critères de potabilité selon les normes nationales ". Interrogée sur les causes ayant entraîné cette initiative de contrôle, une source concordante nous confie : " on a effectué des prélèvements pour contrôle suite à la maladie de plusieurs individus et animaux domestiques

". La question relative à la potabilité ou non de l'eau de la compagnie nationale d'eau et d'électricité Jirama a fait couler beaucoup d'encre. Et les résultats de ces analyses tendent à renforcer les " cas de pollutions " soulevés depuis des années. Ce que la compagnie a toujours nié.

Retour. Interrogé sur la question, un responsable auprès de la Jirama attire l'attention sur quelques points pouvant expliquer ces résultats. " Cette pollution peut provenir de la manière dont les échantillons ont été prélevés. Si le prélèvement s'est fait dans les normes et sans incidence, la faille peut provenir de l'utilisation d'une autre source d'eau avec celle de la Jirama. L'eau de cette source aurait pu contaminer les conduites et entraîné la pollution des échantillons ", nous a-t-elle confié. Avant de rajouter " il pourrait aussi s'agir d'un système de distribution d'eau mal entretenue ou encore de la vétusté desdites conduites ".

" Il se pourrait que les conduites datent d'une certaine époque. C'est pour cela que l'eau est de couleur marron ou rougeatre à la sortie des robinets. C'est aussi la cause de la pollution de ces eaux ", note le responsable. Les informations communiquées par la compagnie selon lesquelles les contrôles de qualité sont effectués à la sortie des stations de production tendent à confirmer cette hypothèse relative à la vétusté des conduites. Une situation qui favoriserait l'infiltration des micro-organismes polluants, à en croire la compagnie. Par ailleurs, la Jirama affirme qu'elle " mène des contrôles de la qualité de l'eau depuis les stations de production, en passant par le réseau de distribution, aux robinets de ces clients ".

Indicateurs. La lecture des résultats d'analyse effectuée auprès de l'IPM démontrent une forte présence de " micro-organismes indicateurs de pollution dans les échantillons ne respectant pas la norme de potabilité selon le décret n°2004-635. Un résultat d'analyse sur les trois démontre, par exemple, un fort taux de " bactéries coliformes ", soit " 120 NPP/100 ml " alors que la présence d'une seule bactérie de ce genre fait d'une eau impropre à la consommation. L'existence des bactéries coliformes dans cet échantillon indiquerait une " pollution fécale animale ou humaine " et démontre " la présence potentielle d'organismes pathogènes capables de causer des maladies entériques ". En d'autres termes, " une contamination potentiellement dangereuse ". Le même échantillon contient également un certain taux d'entérocoques intestinaux (6NNP/100ml).

Ces dernières confirment la contamination par selles de cette eau de la Jirama prélevée à Ivato. La qualité de l'eau de la Jirama fait parler d'elle. Analyses et contre-analyses s'enchaînent pour confirmer et infirmer sa non-potabilité. Si la problématique réside vraiment dans la vétusté des conduites, il est urgent de mettre en œuvre le projet de réhabilitation et de remplacement des conduites d'eau dans le réseau de distribution de la Jirama.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X