Congo-Kinshasa: Vers une deuxième rencontre à Nairobi entre le gouvernement de RDC et les groupes armés

Selon les autorités au Congo-Kinshasa, une nouvelle session des pourparlers inter-congolais doit se tenir d'ici deux semaines après une première étape à Nairobi, en présence d'une vingtaine de groupes armés.

Tout le monde n'a pas participé à la rencontre de Nairobi pas et certains mouvements s'en plaignent. C'est le cas du mouvement armé URDPC-Codeco, actif en Ituri. Selon leur porte-parole Gerson Baza Zukpa, le gouvernement manque de sincérité.

Nous n'avions jamais négligé les différentes négociations entamées par notre gouvernement. Malheureusement, le gouvernement n'a jamais facilité le retour d'une paix durable ou effective dans l'est du Congo en général. notre participation dans les pourparlers organisés au Kenya n'était pas facile [...] Notre position n'est pas encore claire sur notre participation aux prochaines assises. Cependant, nous invitons le gouvernement à vite intervenir pour éviter des désagréments et pour que nous fassions un rattrapage.

Gerson Baza Zukpa, porte-parole de l'URDPC-Codeco

Ni la Monusco ni la présidence n'ont souhaité réagir aux propos du groupe.

Un autre mouvement est absent, le MNLC basé principalement dans le Sud-Kivu. Il explique que les pourparlers de Nairobi sont une insulte aux Congolais, que ces négociations sont en fait contrôlées par le Rwanda. Selon le MNLC, le Congo abandonne sa souveraineté en acceptant de se mettre à la table des négociations.

► À lire aussi : RDC: un premier dialogue inter-congolais a pu se nouer à Nairobi

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X