Nigeria: Appui financier de l'OPEC FUND à l'étude d'avant-projet du gazoduc Nigeria-Maroc

Gazoduc au Nigeria

Le Fonds de l'OPEP pour le développement international accorde 14,3 millions de dollars à l'ONHYM

Le projet de gazoduc reliant la République fédérale du Nigeria et le Royaume du Maroc suit son cours et accumule de bonnes nouvelles.

La dernière en date concerne la signature de la documentation juridique relative au financement d'une partie de la deuxième phase des études d'avant-projet détaillées dudit projet.

Ainsi que l'a annoncé le ministère de l'Economie et des Finances, le Fonds de l'OPEP pour le développement international (OPEC FUND) a accordé un financement d'un montant de 14,3 millions de dollars à l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) au titre de sa contribution au financement de la deuxième phase de l'étude d'avant-projet détaillée (FEED - Front-End engineering design ".

Selon un communiqué du ministère de l'Economie et des Finances, la documentation juridique relative audit financement a été signée par la ministre de l'Economie et des Finances (Nadia Fettah), par échange de correspondance, avec le directeur général de l'OPEC FUND (Abdulhamid Alkhalifa) et la directrice générale de l'ONHYM (Amina Benkhadra).

Cofinancée avec la Banque islamique de développement (BID), l'étude " consiste à élaborer la documentation pour l'exécution du projet du gazoduc Nigeria-Maroc et à finaliser les analyses techniques, financières et juridiques y afférentes ", a indiqué le ministère de l'Economie et des Finances dans un communiqué rendu public vendredi 29 avril dernier saluant un modèle de coopération Sud-Sud.

" A travers son appui à ce projet, l'OPEC FUND renforce, par là même, les relations de coopération financière avec le Maroc et contribue à la dynamique économique et sociale du Royaume ", a-t-on souligné de même source.

Initié par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président Buhari, le projet stratégique du gazoduc Nigeria-Maroc a l'ambition d'être un catalyseur du développement économique de la région Nord-Ouest de l'Afrique, rappelle le Département de l'économie.

" Il porte une forte volonté d'intégration et d'amélioration de la compétitivité et du développement économique et social de la région ", relève-t-il sur son site Internet.

Cela devrait se ressentir à travers notamment l'accélération de l'électrification et du développement de l'autonomie énergétique de la région ; le soutien au développement et à l'amélioration des conditions de vie des populations riveraines.

Le gazoduc Nigeria-Maroc devrait aussi contribuer à la dynamisation de l'économie régionale par le développement de filières créatrices d'emplois ainsi qu'à la réduction du "torchage" du gaz et l'utilisation d'une énergie fiable et durable, assure-t-on.

Pour rappel, la signature de cet accord intervient quelques jours seulement après l'annonce du bureau d'études et de conseil australien WorleyParsons indiquant qu'il a obtenu un contrat pour la fourniture des principaux services de conception technique initiale (FEED Phase II) pour le projet de gazoduc Nigeria-Maroc (NMGP).

" La réalisation de ce projet nécessite une expertise du monde entier. L'ensemble des services FEED sera géré par Intecsea BV, notre entreprise de conseil en ingénierie offshore à La Haye, aux Pays-Bas. Cela comprend l'élaboration du cadre de mise en œuvre du projet et la supervision de l'étude technique ", selon les explications de la société.

Dans un communiqué publié sur son site Internet, le bureau d'études a précisé que " le périmètre FEED onshore, l'évaluation d'impact environnemental et social (EIES) et les études d'acquisition de terres (LAS) seront réalisés par notre équipe à Londres, au Royaume-Uni ".

Il a en outre ajouté que " le projet sera également soutenu par notre réseau de bureaux en Afrique et notre équipe mondiale de livraison intégrée à Hyderabad, en Inde.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X