Afrique: Les systèmes de santé mondiaux doivent investir dans les sages-femmes

Journée internationale des sages-femmes

Lorsque de fortes pluies de mousson ont inondé des camps de réfugiés au Bangladesh, c'est la sage-femme Shakila Parvin qui, dans l'eau jusqu'aux genoux, a mis au monde des jumeaux à une mère hypertendue et l'a stabilisée avant qu'elle ne soit transportée d'urgence dans un hôpital voisin.

En Moldavie, les sages-femmes se sont mobilisées pour réconforter et fournir des services vitaux aux femmes enceintes fuyant l'Ukraine. Les sages-femmes du plus grand camp de réfugiés syriens ont soutenu plus de 14 000 accouchements en toute sécurité sans un seul décès maternel.

Les sages-femmes sont des héroïnes, guidant une nouvelle vie dans le monde tout en protégeant la santé, le bien-être et la vie des mères et des bébés. Elles accompagnent les femmes enceintes dans leur cheminement vers la maternité, garantissant des résultats sains et sûrs pour la mère et son nouveau-né.

Non seulement elles sont dotées de mains d’expertes une nouvelle vie au monde, mais elles sont aussi les championnes de la santé et des droits sexuels et reproductifs : elles une contraception volontaire et d'autres services essentiels, tout en soutenant émotionnellement les femmes enceintes ou les femmes qui accouchent.

En cette Journée internationale de la sage-femme, nous célébrons les nombreux dons de vie et de santé qui passent par les mains des sages-femmes. Nous appelons également à une reconnaissance plus large du fait que nous n'atteindrons pas la couverture sanitaire universelle sans elles, ni ne réaliserons nos aspirations à réduire les décès maternels et néonatals évitables, comme convenu dans les objectifs de développement durable.

La profession de sage-femme est de plus en plus reconnue et valorisée en tant que profession de la santé fournissant des services qui sont essentiels – plutôt que périphériques – aux soins de santé primaires. Pourtant, presque partout, les systèmes de santé doivent encore faire davantage pour soutenir les sages-femmes et garantir des conditions de travail respectueuses et décentes. Au milieu d'une pénurie aiguë de sages-femmes, beaucoup sont surchargées de travail et sous-payées.

%

La pratique de sage-femme nécessite des investissements qui, jusqu'à présent, ont été insuffisants. Le rapport 2021 sur l'état de la pratique de sage-femme dans le monde a révélé qu'investir dans l'accès universel à des soins de sage-femme de qualité pourrait sauver 4,3 millions de vies par an grâce à la prévention des décès maternels et néonatals et des mort-nés. La Suède a déjà démontré les possibilités ; en investissant dans le modèle de soins de sage-femme, elle a presque éliminé la mortalité maternelle (4/100 000 naissances vivantes en 2017 selon CIA fact sheet).

La pratique de sage-femme nécessite également une réglementation. L'octroi de licences aide les services à répondre à des normes cohérentes. Une éducation de qualité et un développement professionnel continu permettent d'acquérir des compétences essentielles. De solides associations de sages-femmes offrent aux sages-femmes des canaux pour plaider en faveur de conditions de travail et de politiques dignes au sein des systèmes de santé afin de réaliser le plein potentiel de la pratique de sage-femme.

L'UNFPA s'efforce de faire de la profession de sage-femme une profession entièrement soutenue et entièrement intégrée dans les systèmes de santé.  Notre programme mondial de sage-femme en collaboration avec la Confédération internationale des sages-femmes a débuté dans huit pays en 2008 et est aujourd'hui opérationnel dans plus de 120 pays. Grâce à cette collaboration, des centaines de milliers de sages-femmes ont mis leurs compétences au niveau des normes internationales, et il y a une reconnaissance mondiale croissante de la valeur du travail des sages-femmes et de leurs contributions à la fourniture de services complets de santé sexuelle et reproductive, y compris la fin des décès maternels et néonatals évitables.

UNFPA focalise ses efforts sur 4 axes principaux : “le renforcement de la formation des sages-femmes basée sur les compétences ; le développement de mécanismes réglementaires solides pour garantir des services de qualité ; l'élévation de la voix des sages-femmes par la création et le renforcement des associations de sages-femmes ; et le plaidoyer pour une augmentation des investissements dans les services de sages-femmes”.

Néanmoins, nous devons faire plus et aller plus vite. La pandémie de COVID-19 nous a appris que des systèmes de santé solides et de haute qualité doivent atteindre tout le monde. La pratique de sage-femme est l'une des clés de ces progrès. Respectons les sages-femmes en tant que figures centrales de notre effort mondial pour défendre les droits et les choix, promouvoir la santé et protéger la vie.

A propos de UNFPA

L’UNFPA est l’agence directrice des Nations Unies en charge des questions de santé sexuelle et reproductive. Notre mission est de créer un monde dans lequel chaque grossesse est désirée et chaque accouchement sans danger. Pour en savoir davantage, cliquer sur ce lien : https://www.unfpa.org/fr/propos-de-lunfpa

 

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.