Congo-Brazzaville: Evocation - Le revenant de Ngatali (13)

Lorsque l'adjudant prit congé de son oncle, le coq annonciateur de l'aurore avait déjà entonné son chant.

Le quartier dormait profondément d'un sommeil qu'aucun revenant ne semblait vouloir déranger. Il s'attarda sur le seuil de la maison de son oncle et balaya d'un coup d'œil la cour dessinée par deux rangées parallèles des cases au milieu desquelles s'élevaient des cocotiers et des palmiers. Les cases et les arbres étaient bercés par une légère brise qui semblait les enfoncer dans le même sommeil paisible que celui des hommes.

A cette heure tardive de la nuit, constata l'adjudant, à l'heure où les revenants devaient sévir, le quartier Ickinga dormait paisiblement, aucun revenant n'était visible ! Pourtant, dès que le jour se lèvera, la rumeur des revenants reviendra à l'assaut, toujours tenace et accusatrice.

Au moment d'aller se coucher, Dany Gwabira avait l'impression d'être sur la bonne voie. Plus que ses entretiens avec ses camarades d'enfance, la causerie avec son oncle lui avait désigné un ennemi contre lequel celui-ci n'avait pas trouvé de parade : la clameur publique ! Les attaques dont sa famille était l'objet étaient anonymes. Reprises par la clameur publique, ces attaques épousaient les contours d'une crédibilité que personne ne semblait pouvoir contester. Les mythes et légendes sur les revenants qui peuplaient le village et le maintenaient prisonnier des croyances révolues étaient le fait, à différentes périodes, d'une clameur publique insufflée par des gens intéressés.

Comme selon son oncle, Justin Elongo était derrière l'agitation morbide contre son défunt père, c'est par une contre-clameur publique qu'il fallait commencer la mission qui l'avait ramené à Ngatali. Il espérait de cette manière déstabiliser Elongo et les siens, les pousser à se mettre à découvert. Ils commettront des fautes qui les conduiront vers un flagrant délit. Les gendarmes feront le reste. Il promit d'exposer son plan au colonel Sondzon dans une missive qu'il lui écrirait dès son réveil.

Trois jours après l'arrivée de Dany Gwabira, Ngatali était agité par une étrange rumeur. On avait aperçu Gabriel Elongo en compagnie de Nathanaël Gwabira en grande causerie au cimetière où reposait le second. Gabriel était allé faire un acte de contrition. Touché par la grâce, il a reconnu devant l'ancien amant d'Anaëlle, sa femme, que tout est vanité. Il n'aurait pas dû. Ses fureurs, chaque fois qu'il surprenait Anaëlle dans ses bras étaient inutiles. Il a compris que tout est poussière, maintenant qu'il est poussière. Il ne paiera jamais assez la générosité de celui qui l'aida à rendre Anaëlle heureuse...

La même rumeur insistait sur la prochaine apparition de Gabriel et Nathanaël sur la place du marché de Ngatali, Anaëlle servira comme trait d'union des ennemis réconciliés dans l'au-delà.

Sortie de nulle part, cette rumeur s'infiltra dans tous les foyers de Ngatali et ressortit sur la place publique avec la force d'une clameur qui dévisageait les Elongo dans la composition du sang de ce clan.

C'était une attaque frontale contre l'honneur des Elongo qui remit au goût du jour les exploits amoureux de Nathanaël Gwabira. Pour les villageois, le message envoyé aux Elongo était clair. Les enfants nés d'Anaëlle étaient mal placés pour servir comme des instruments de vengeance de Justin Elongo contre son ancien rival Nathanaël Gwabira. Ce dernier était leur vrai géniteur.

L'apparition de cette rumeur consterna le clan des Elongo. Justin le patriarche resta longtemps sans voix. Il se ressaisit puis éclata en mille menaces contre les auteurs de cette atteinte contre son honneur. Il y voyait la main des Gwabira sans pouvoir remonter à la source d'émission de la rumeur... (A suivre).

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X