Madagascar: Dialogue Public-Privé - Priorité à l'industrialisation massive dans les régions.

Les groupements d'entreprises ont participé massivement au DPP

Unis. Le secteur public et le secteur privé entament la deuxième édition du dialogue public-privé (DPP), cette fois-ci, en débattant des moyens à mettre en œuvre pour l'industrialisation plus que jamais considérée comme une des priorités pour le développement du pays.

Ce DPP qui s'est tenu, hier à la Chambre de Commerce et d'Industrie à la participation massive d'opérateurs économiques issus des groupements du secteur privé.

Dialogue sectoriel:

On peut citer, entre autres, le Syndicat des Industries de Madagascar (SIM), le Groupement des Entreprises Franches et Partenaires (GEFP), le Fivondronan'ny Mpandraharaha Malagasy (FIVMPAMA), le Groupement des Femmes Entrepreneurs de Madagascar, le Groupement des Femmes Entrepreneurs de Madagascar (GFEM), le Groupement des Entreprises de Madagascar (GEM), le Fikambanan'ny Orinasa Malagasy (FOM), Entreprendre au Féminin Océan Indien (EFOI), et le Syndicat des Entreprises en Bâtiments et Travaux Publics (SEBTP).

Un dialogue sectoriel qui fait suite à la concertation transversale du mois de mars et qui s'est focalisé sur des secteurs porteurs comme les produits de première nécessité, le textile, l'industrie d'assemblage et l'industrie minière, ainsi que les huiles essentielles.

" Ce sont des secteurs qui intéressent de nombreux industriels et il est indispensable d'en parler afin que chaque partie prenante respecte ses engagements ", a déclaré le ministre de l'Industrialisation, du Commerce et de la Consommation, Edgard Razafindravahy dans le discours qu'il a prononcé, lors de la cérémonie de clôture de ce DPP.

Actions concrètes:

En somme, le secteur privé et l'Etat sont main dans la main pour renforcer le tissu industriel afin d'être plus compétitif en termes de qualité et de quantité pour atteindre les objectifs de développement fixés par le programme émergence de Madagascar.

Des actions concrètes seront entreprises pour réaliser les résolutions issues de ce dialogue. Les deux parties feront par exemple l'état des lieux de filière huile essentielle afin d'apporter les changements nécessaires pour sa pérennisation.

L'équipe du MICC effectuera également une descente dans les régions où les premières unités de production ont été installées. Il s'agit, en l'occurrence, de la mini-sucrerie de Mahatalaky dans la région Boeny. Une concrétisation de la politique d'industrialisation massive dans les régions, qui fait partie des défis du gouvernement.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X