Burkina Faso: Opération de sauvetage des huit mineurs - Le miracle de Perkoa aura-t-il lieu ?

Casque. Exploitation minière. Outils.
analyse

- Mobilisation à travers les réseaux sociaux ;

- - Mise en place d'une cellule de crise ;

- - Déplacement du Premier ministre sur les lieux ;

- - Ballet incessant de délégations ministérielles ;

- - Branle-bas de combat des équipes de secours ;

- - Descente de journalistes dans les galeries.

Rarement un drame aura autant tenu les Burkinabè en haleine que celui de Perkoa, village éponyme de la mine de Zinc situé à Réo, chef-lieu de la province du Sanguié.

A l'origine de ce cataclysme dont l'onde de choc émotionnelle s'est emparée de toute la nation : une inondation consécutive à la pluie diluvienne qui s'est abattue sur la localité dans la nuit du 15 au 16 avril 2022.

Et depuis ce temps, huit mineurs, en l'occurrence six Burkinabè, un Tanzanien et un Zambien, sont portés disparus sous plus de 500 mètres de profondeurs.

Après un mois de course contre la montre, rien, absolument rien, ne permet de se prononcer sur leur sort.

Malgré le travail titanesque de pompage des eaux, estimé à des millions de litres par jour, et le renfort d'équipements venus d'Afrique du Sud et du Ghana, impossible de lire dans les entrailles de Perkoa.

A une autre échelle, ce qui se joue à Perkoa depuis trente jours rappelle l'exceptionnelle mobilisation en février 2022 au Maroc où le petit Rayan, cinq ans, était tombé dans un puits asséché dont le diamètre ne dépassait pas 45 centimètres. Le gamin sera finalement retrouvé mort. Mais touchons du bois pour ce qui concerne nos huit mineurs.

Toutefois, la grande question qui est sur toutes les lèvres et dans tous les esprits, c'est de savoir si les malheureux ont pu atteindre la chambre de refuge, installation à protection fiable et conçue pour un séjour prolongé en attendant l'arrivée des secours.

Mais plus les heures, les jours et les semaines passent, plus la tension et l'angoisse deviennent palpables.

Selon plusieurs sources, les sauveteurs ont pu finalement atteindre le bunker souterrain dans la soirée d'hier. Mais ils n'ont pas pu voir l'intérieur à travers la vitre à cause de l'épaisse couche de boue qui ensevelit la forteresse de tous les espoirs.

A ce moment crucial, à la fois tant attendu et tant redouté de l'opération de sauvetage, c'est toute la Nation qui retient son souffle.

A l'image des familles des huit infortunés et de tout un village qui attend un dénouement à la hauteur des sacrifices propitiatoires consentis.

Le miracle de Perkoa aura-t-il lieu, même si le gouvernement reconnaît que le temps joue contre nous ?

On veut toujours bien y croire, même si des informations pessimistes de dernière minute ont commencé à circuler hier dans l'après-midi.

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X