Guinée: Labé_ Les politiques réagissent à l'interdiction de manifester

Au soir du vendredi, sur les ondes des médias d'État, un énième communiqué du CNRD a été lu,cette fois à travers le document, la junte confisque la liberté de manifester jusque là consacrée par les successives constitutions du pays.

Dans les rangs du RPG- AEC, la nouvelle est mal accueillie. El Hadj Mamadou Doumbouya secrétaire politique local du parti ne tourne pas autour du pot:

On devait laisser les gens manifester soit leur joie ou leur mécontentement, dans un pays normal on ne doit pas empêcher ce droit.

Seulement on doit prendre toutes les dispositions pour éviter les dérapages...  Ousmane Diané du PADES est dans le même état d'esprit, il considère que cet acte de la junte sonne comme une déroute surtout qu'aucune constitution du pays ne l'avait jusque là confisqué ce droit de manifester. Pour lui la junte s'est simplement faite mal conseillée.

A son sens, une manifestation pouvait etre interdite dans un contexte mais pas le droit de manifester. Pour le leader local du Pades,ce n'est ni plus, ni moins qu'une décision unilatérale prise par un pouvoir qui se croit fort. Pour résorber cette nouvelle crise, Ousmane Diané pense que la junte doit faire volte face et prôner le dialogue.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X