Burkina Faso: Dans le village de Perkoa, le sort des mineurs disparus a tout figé

Localisation de la mine de Perkoa, au Burkina Faso

Le temps semble s'être arrêté à Perkoa, le village qui abrite le site de la mine de zinc où huit personnes sont toujours portées disparues. Toutes les activités récréatives sont suspendues. Tous les regards sont tournés vers la mine, d'où tout le monde attend des nouvelles. Dans les écoles, les enseignants doivent faire face aux questions de leurs élèves.

À Perkoa, le village qui abrite la mine de zinc, la vie tourne au ralenti depuis le 16 avril, quand une inondation s'est produite, bloquant à près de 720 mètres de profondeur huit mineurs : six Burkinabè, un Tanzanien et un Zambien. Dans le village, plus de réjouissance ni d'activités récréatives.

À l'école, les enseignants font face aux questions des élèves sur la situation des mineurs portés disparus. Madame Tondé, née Assita Sangaré, enseignante, confie : " C'est la désolation. Nous sommes dans le cadre scolaire. D'une manière ou d'une autre, cet événement ne peut pas ne pas jouer sur le travail. On essaie de leur remonter le moral, de faire revenir les esprits en classe parce que ce n'est pas encore la fin de l'année. "

Pour les personnes très âgées habitant les villages autour de la mine, c'est la première fois qu'un tel drame se produit sur un site d'exploitation de minerais. Philipe Bayala, l'un d'eux, explique : " L'inondation nous a surpris. On a été vraiment surpris. Il peut y avoir des éboulements, des explosions sur les sites miniers. Mais c'est la première fois que nous assistons à un tel phénomène, même nos ancêtres ne l'ont jamais vécu. "

Qu'elles soient de Perkoa, Sanguié ou Bonyolo, les populations attendent toujours des réponses. Pendant ce temps, l'évacuation de l'eau se poursuit du côté de la mine, où les secours ont retrouvé une chambre de refuge vide mardi 17 mai.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X