Guinée Bissau: Pourquoi le président Umaro Siossoco Emballo a dissout le Parlement?

Le président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo

Le président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo a annoncé lundi soir la dissolution de l'Assemblée nationale, et la tenue d'élections anticipées en décembre prochain. La conséquence de plusieurs mois de crise dans un pays au régime semi-présidentiel qui crée de nombreux points de tensions entre les différents organes.

Parmi les sujets de blocage entre le chef de l'État et l'Assemblée, il y a la question de l'évolution des institutions qui a poussé Umaro Sissoco Embalo à prendre cette décision. C'est ce que pense en tout cas Idrissa Djalo, homme politique indépendant, candidat à la dernière présidentielle pour le Parti de l'unité nationale (PUN), une petite formation qui n'est pas représentée à l'Assemblée. Il explique que le chef de l'État voudrait donner au président davantage de pouvoirs, tandis que les députés proposent eux au contraire de transformer le pays en régime parlementaire.

Il y a une raison qui n'a pas été invoquée ni par le président ni par ses adversaires politiques qui est pour moi la raison principale de la dissolution du Parlement, la raison a à voir avec la session actuelle du Parlement où les députés ont décidé de mettre à l'ordre du jour de la session actuelle un projet de révision constitutionnelle. Depuis que le président Emballo s'est installé, il y a eu un bras de fer entre lui et une grosse partie de la classe politique, y compris ses alliés.

Le président de la République a le sentiment que les problèmes de la Guinée-Bissau sont liés à une Constitution qui n'est pas claire ou qui n'est pas adaptée. Le président a une vision d'un système qui doit évoluer, selon lui, vers un régime présidentiel. Ces adversaires politiques, au niveau du Parlement, ont eu une vision complètement différente du système semi-présidentiel. Ils veulent le faire évoluer vers le système parlementaire où le président ne servira qu'à inaugurer les chrysanthèmes.

Idrissa Djalo, homme politique indépendant et ancien candidat à l'élection présidentielle

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X