Burkina Faso: Retour au calme à Houndé après une émeute des orpailleurs artisanaux

Au Burkina Faso, la tension est retombée dans la commune de Houndé. Lundi 16 mai, des orpailleurs artisanaux en colère se sont rendus sur le site de la mine d'or Gold Opération. Bilan : huit travailleurs du site industriel ont été blessés, des véhicules incendiés. À l'origine de ces tensions, la volonté des responsables de la mine détenue par le groupe canadien Endeavour Mining d'expulser des orpailleurs artisanaux installés sur la concession. Après une journée de troubles, le calme est donc revenu.

L'arrivée de renforts venus de Bobo-Dioulasso mardi 17 mai a permis de ramener le calme dans la commune où la mairie, les écoles et les commerces étaient fermés. Près de 20 000 orpailleurs artisanaux sont installés dans la zone. Une partie exploite des terrains situés à l'intérieur de la concession de la mine industrielle.

" Comme ce matin, on commençait à mettre du cyanure sur le site, la mine a demandé à ce que calmement, ils abandonnent le lieu, résume Adolphe Koala, l'ex-premier adjoint au maire de Houndé. Et elle a fait recours aux forces de l'ordre qui sont venues disperser les orpailleurs. "

Cette dispersion n'a cependant fait qu'attiser les tensions et provoquer des violences. Réunis sur la place de la commune, les orpailleurs expulsés ont décidé de se rendre à l'entrée de la mine où des véhicules ont été brûlés et des employés de la mine blessés.

La grande majorité des orpailleurs traditionnels se sont néanmoins désolidarisés, à l'image de ce responsable d'une faitière, qui souhaite rester anonyme et qui estime que seul le dialogue avec les responsables de la mine industrielle peut amener des solutions : " Les gens se disent fatigués. Ils sont acculés par la mine. Mais si on s'étais écoutés, s'il y avait eu une discussion au préalable, ce sont des choses qu'on [aurait pu] éviter ".

Le préfet de la zone de Houndé a proposé aux orpailleurs artisanaux et aux responsables de la mine d'or Gold Operation de se rencontrer. La mine industrielle a repris ses activités dès mardi soir.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X