Afrique: Les dés sont pipés contre le continent : les ministres appellent à la réforme

Photo officielle de la Conférence des Ministres de la CEA (COM22)
analyse

Dakar, Sénégal, le 17 mai 2022 - Les ministres africains de l’économie, des finances et de la planification, les entreprises et les économistes participant à une conférence à Dakar, au Sénégal, ont plaidé avec ferveur pour une refonte complète de l’architecture financière mondiale.

La Conférence des ministres (CoM2022) - organisée par la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et accueillie par le Gouvernement du Sénégal - a entendu des économistes et des dirigeants qui ont fait valoir que ces accords mondiaux, censés maintenir la stabilité dans le système financier international système, sont obsolètes et injustes pour de nombreux pays en développement.

En Afrique, ils ne sont « pas adaptés à leur objectif », déclare Vera Songwe, Secrétaire générale adjointe de l’ONU et Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique.

Prononçant le discours d’ouverture de la CoM2022, le Président Macky Sall du Sénégal déclare que l’Afrique est sous tutelle bien qu’elle ait connu plus d’une décennie de bonne croissance, ne subissant qu’un renversement, comme le reste du monde, à cause de la pandémie de coronavirus.

Les fonds sont prêtés aux pays africains à un taux d’intérêt plus élevé que dans d’autres pays comparables et leur solvabilité dépend des décisions d’agences de notation opaques. « Parfois, nous nous sentons tristes », déclare le Président Sall. « Nous nous demandons : Que pouvons-nous faire, où en sommes-nous, quelle est notre place ? Il dit que les pays africains ont demandé une réaffectation des Droits de tirage spéciaux (DTS) mais « ils ont répondu qu’ils ne pouvaient pas les réaffecter. Nous devons donc maintenant en demander de nouveaux… Ils parlent de déficits et de taux d’endettement alors que nous avons besoin d’argent comme un patient atteint de la Covid a besoin d’oxygène. Élargissant l’analogie, le Président ajoute « et puis ils disent qu’ils n’ont pas les instruments » comme un patient privé d’oxygène parce que les instruments pour l’administrer ne sont pas disponibles.

Il y a un consensus parmi les participants à la CoM2022 réclamant un changement fondamental, y compris de la part de Michael Camdessus, l’ancien Directeur général du FMI. Il déclare que la réforme de l’architecture financière mondiale est « cruciale pour l’Afrique. Nous ne pouvons pas être paralysés par les textes de nos statuts ».

Concluant la CoM2022, les ministres déclarent que les objectifs du Programme 2030 pour le développement durable ainsi que l’Agenda 2063 ont subi des « reculs importants ».

Les dépenses annuelles des pays africains uniquement pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) augmenteront de 154 milliards de dollars en raison de la pandémie. 285 milliards de dollars supplémentaires seront nécessaires au cours des cinq prochaines années pour assurer une réponse adéquate à la COVID-19. Les ministres participant à la CoM2022 soulignent que le continent a également besoin de 130 à 170 milliards de dollars par an pour des projets d’infrastructure et d’environ 66 milliards de dollars par an pour investir dans les systèmes de santé et les infrastructures de santé.

Outre la pandémie, la relance économique est entravée par la hausse des prix des denrées alimentaires, du pétrole et des engrais causée par la guerre en Ukraine ; 29 pays africains devraient faire face à une grave crise alimentaire.

Pour ajouter à ces besoins, plus de 3 000 milliards de dollars sont nécessaires d’ici 2030 pour relever les défis du changement climatique. Et avec 640 millions d’Africains n’ayant pas accès à l’électricité, ils déclarent que des infrastructures énergétiques sont nécessaires de toute urgence.

Dans un communiqué publié à l’issue de la conférence, les 26 ministres reconnaissent qu’un soutien bilatéral et multilatéral a été apporté pendant la pandémie. Mais ils font valoir qu’il est « manifestement inadéquat » pour les Pays à faible revenu et trop étroitement ciblé pour aider les Pays à revenu intermédiaire vulnérables.

Ils exhortent les pays du G20 à prolonger de deux ans l’Initiative de suspension du service de la dette (DSSI) pour aider à « créer un espace budgétaire pour les dépenses urgentes ». Ils demandent également que le cadre commun soit modifié pour rendre la restructuration de la dette efficace et élargie afin d’inclure les créanciers commerciaux.

Une demande clé est que les pays développés soutiennent le recyclage de 100 milliards de dollars en Droits de tirage spéciaux (DTS), dont 60 milliards de dollars doivent être alloués au Fonds pour la réduction de la pauvreté et la croissance (PRGT) et au nouveau Fonds pour la résilience et la durabilité (RST).

En outre, ils demandent une nouvelle émission de DTS et attirent l’attention sur le Fonds de liquidité et de durabilité (LSF) de la CEA, qui, selon eux, doit être créé pour permettre aux pays africains d’utiliser les DTS afin d’améliorer la liquidité, de stabiliser les devises et de réduire les coûts du crédit.

CoM2022 a remis en question les surtaxes imposées par le FMI aux pays fortement emprunteurs, qu'ils paient en plus des paiements d'intérêts et des frais. Les ministres ont déclaré que ceux-ci sont estimés à environ 4 milliards de dollars pour les pays africains cette année seulement et ont demandé au FMI de les supprimer pendant encore 2 à 3 ans pendant la guerre en Ukraine. En outre, ils ont exhorté le FMI à utiliser son Fonds de confinement et de secours en cas de catastrophe (CCRT) pour offrir un allégement du service de la dette aux pays pauvres.

Les ministres présents admettent que le continent perd simplement de grandes quantités de fonds nationaux. Le communiqué indique que les ministres sont « profondément troublés » par les Flux financiers illicites (FFI). On estime que 83 milliards de dollars sont détournés de l’Afrique, privant le continent d’un besoin désespéré de ressources qu’il aurait pu utiliser « pour le peuple ». Il reconnaît également que l’Afrique a des marchés de capitaux sous-développés, « en partie à cause d’un vaste secteur informel, de faibles taux d’épargne et des régimes de réglementation et de gouvernance faibles ».

Mais, les ministres déclarent, ils sont très déçus de voir la « prime africaine », qui varie de 100 à 260 points de base, toujours s’appliquer à eux pour les fonds levés sur les marchés de capitaux extérieurs. « Les taux d’intérêt facturés à nos pays sont plus élevés que ceux facturés à nos pairs en dehors de notre continent avec des fondamentaux économiques similaires ou pires », indique le communiqué. Les banques centrales des économies avancées augmentant leurs taux d’intérêt pour limiter les anticipations inflationnistes croissantes, ces coûts augmenteraient encore.

Parmi les demandes formulées par les ministres africains pour atténuer les problèmes de liquidité, figure la rétrocession de DTS - où les pays qui n’en ont pas besoin peuvent les prêter à ceux qui en ont besoin. Les ministres félicitent la Chine pour sa décision de les transmettre et exhortent les autres donateurs bilatéraux à emboîter le pas. « La rétrocession de 100 milliards de dollars en DTS à l’Afrique serait un moyen rentable de financer la relance du continent », disent-ils.

En ce qui concerne le financement durable et climatique, les ministres félicitent la CEA et la Pacific Investment Management Company pour le lancement de la Facilité de liquidité et de durabilité (LSF), qui permettra aux pays africains d’attirer des investissements dans des produits financiers axés sur la durabilité, y compris les obligations vertes. Ils déclarent également que les pays africains devront être indemnisés pour les efforts qu’ils fournissent dans la sauvegarde de certains des actifs de séquestration du carbone les plus importants de la planète.

Les ministres affirment que les banques de développement multilatérales et régionales devront rendre le financement climatique plus facilement accessible, afin qu’elles puissent « s’adapter et atténuer les conséquences croissantes du changement climatique » et financer des projets verts. Les partenaires au développement sont priés de reconstituer le Fonds africain de développement (FAD) et de soutenir la recapitalisation des APB, entre autres mesures, pour faire face à une crise imminente due au conflit russo-ukrainien.

Pour leur part, les ministres africains réunis à Dakar se sont engagés à redoubler d’efforts pour mobiliser les ressources nationales et « mettre en œuvre des politiques qui créent un environnement favorable » pour attirer le secteur privé et les investisseurs institutionnels. Ils indiquent que les ressources seront dirigées vers les domaines prioritaires, notamment les infrastructures, la santé, l’éducation et le changement climatique, y compris les énergies renouvelables pour réduire la dépendance au pétrole et au gaz étrangers. Les pays africains exportateurs de pétrole sont invités à utiliser la manne causée par la crise ukrainienne pour soutenir la relance économique.

Notant que la mise en œuvre complète de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) augmenterait le PIB de l’Afrique d’environ 55 milliards de dollars d’ici 2045, les ministres déclarent que les pays qui ont ratifié l’Accord devront l’intégrer et ceux qui ne l’ont pas fait devront le faire. Ils promettent également de renforcer leurs efforts pour mettre en œuvre une « politique fiscale globale et sans ambiguïté » et d’améliorer la capacité de lutter contre les Flux financiers illicites (FFI) à motivation fiscale. La CEA a été invitée à continuer d’apporter son assistance à la conception des politiques fiscales et à leur mise en œuvre.

La déclaration des ministres félicite la Banque africaine d’import-export (Afrexim Bank) pour avoir lancé le système panafricain de paiement et de règlement afin de soutenir l’opérationnalisation de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), « permettant des paiements transfrontaliers instantanés en devises locales entre les marchés du continent » à faible coût et « en réduisant la dépendance aux devises fortes ».

La Commission économique pour l’Afrique a été félicitée pour la mise en œuvre réussie de son programme de travail pour 2021 malgré les défis de la pandémie de COVID-19 et a été priée d’aider les pays à réagir à l’impact du conflit en Ukraine et de les aider à se préparer pour le prochain sommet mondial sur le climat, COP27.

La COP27, « La COP de l’Afrique », se tiendra en Égypte, du 7 au 18 novembre 2022.

Tagged:

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X