Burkina Faso: SICTA 2022 - Le Burkina " vend " ses potentialités

L'après-midi du IVe jour du Salon international de la culture, du tourisme et de l'artisanat a été dédié au Burkina Faso. Cette journée du pays invité d'honneur, le mardi 17 mai 2022, à Conakry, a permis à la délégation burkinabè de " vendre " aux festivaliers et à sa diaspora les potentialités économiques, culturelles, touristiques et artisanales du pays des Hommes intègres.

Le Burkina Faso, pays invité d'honneur de la Ire édition du Salon international de la culture, du tourisme et de l'artisanat (SICTA) en Guinée mène une opération de charme à Conakry en démontrant les potentialités économiques, culturelles, touristiques et artisanales dont il regorge aux festivaliers et à sa diaspora.

Cette opération de charme a été menée à l'occasion de la journée du pays invité d'honneur qui a eu lieu dans l'après-midi, du mardi 17 mai 2022. Selon le ministre burkinabè du Développement industriel, du Commerce, de l'Artisanat et des Petites et moyennes entreprises, Abdoulaye Tall, cette journée qui est dédiée à son pays offre l'opportunité pour les acteurs de la culture, du tourisme, de l'hôtellerie et de l'artisanat de présenter et faire découvrir aux participants leurs talents et leurs créativités qui constituent des potentialités artistiques et culturelles du Burkina Faso.

" Aussi, c'est un lieu de partage d'expériences, de savoir-faire et de partenariat entre professionnels et acheteurs internationaux ", a-t-il indiqué. Pour magnifier cette journée, a-t-il relevé, il y a au menu des communications sur les opportunités qu'offrent ces secteurs au Burkina Faso. Il s'agit d'un film documentaire présentant les opportunités d'investissement au Burkina, des atouts et potentialités touristiques du pays et de l'édition 2022 du Salon international de l'artisanat de Ouagadougou (SIAO) prévue du 28 octobre au 6 novembre 2022.

Ces deux communications et le film ont été respectivement présentés par le directeur général de l'artisanat, Séraphin B. Badolo, celui de l'Office national du tourisme burkinabè (ONTB), Marie Aimé Kiswensida Ouédraogo et le directeur général du SIAO, Dramane Tou. Pour le dernier cité, le SIAO 2022, c'est 700 stands d'expositions, 4 000 exposants, 50 acheteurs et visiteurs professionnels, 28 pays participants et 350 000 visiteurs grand public. " Nous avons communiqué sur le SIAO pour inviter les artisans qui sont au SICTA et venus de plusieurs pays pour qu'ils puissent participer à cette édition de notre salon mais aussi et surtout pour susciter davantage de participation des artisans guinéens qui, depuis la création du SIAO en février 1988, ont toujours été présents aux différentes éditions ", a-t-il soutenu.

Le souhait, a-t-il relevé, est que les artisans guinéens arrivent en grand nombre et fassent de meilleures affaires en matière de vente des produits artisanaux parce que le SIAO est le plus grand salon en matière de promotion de l'artisanat du continent. Aux dires de M. Tou, en faisant le déplacement à Ouagadougou, les artisans doivent s'attendre en plus des expositions-ventes à avoir beaucoup d'acheteurs qui viennent des 5 continents, des spécialistes des questions d'artisanat, des tenanciers de galerie arrivant au salon pour faire des achats directs ou des contrats de commande de produits artisanaux, de la visibilité.

A l'issue des communications, les préoccupations des participants ont porté, entre autres, sur la part de l'artisanat dans le produit intérieur brut du Burkina, les types d'emplois créés par l'artisanat et le tourisme, les relations entre les professionnels du public et du privé de ces secteurs, le circuit de distribution des produits artisanaux, les facilités d'accès du pays. L'opération de charme menée par le pays invité d'honneur a touché l'assistance. Pour le ministre guinéen en charge de la culture, Alpha Soumah, le savoir-faire africain est marqué surtout par celui des pays qui sont en avance et le Burkina Faso aujourd'hui en est un exemple.

" Nous avons tenu à ce qu'il y ait cette journée du Burkina Faso parce que nous avons beaucoup à apprendre de ce pays. L'artisanat à travers les organisations qu'ils ont chez eux et au niveau du cinéma comme le FESPACO (NDLR : Festival panafricain du cinéma et la télévision de Ouagadougou) et bien d'autres événements annuels font que ce pays est une référence. Avant d'aller ailleurs, nous avons d'abord voulu aller au Burkina ", a-t-il témoigné. Pour l'ambassadeur nigérien de la culture touareg, Alkhousseini Ag Chekhou, les échanges ont éclairé l'assistance et démontré par " A + B " la grandeur du Burkina Faso en termes de culture, de mise en exergue de ce que " nous sommes en tant qu'africain et aimant notre continent ". " Je suis touché par les opportunités qui se trouvent au Burkina Faso dans les domaines de la culture, de l'artisanat, de l'ingéniosité et de la créativité.

Nous sommes prêts à venir au Burkina Faso et toute l'Afrique doit venir au SIAO parce qu'il nous prouve par les communications que nous avons suivies que c'est un pays où il faut aller ", a-t-il laissé entendre. Tout en annonçant s'inscrire pour 10 stands au prochain SIAO, il a promis offrir du thé aux 350 000 festivaliers attendus. La journée du Burkina au SICTA s'est achevée par la visite des stands des exposants où les officiels ont dégusté des produits agro-alimentaires parmi lesquels le " Dafani ".

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.