Mali: Après la tentative de coup d'État déjouée, le colonel Malick Diaw sur la sellette?

Lundi 16 mai, les autorités maliennes ont annoncé avoir déjoué une tentative de coup d'État. Parmi les officiers interpellés, le plus gradé est le lieutenant-colonel Amadou Keïta. Également membre du CNT, il est considéré comme un proche du colonel Malick Diaw, l'un des cinq piliers du coup d'État d'août 2020. Depuis, les spéculations vont bon train.

Malick Diaw est l'un des cinq piliers du coup d'État d'août 2020, mené aux côtés d'Assimi Goïta. Alors premier vice-président de la junte du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), Malick Diaw est aujourd'hui président du Conseil national de transition (CNT) du Mali, qui fait office d'assemblée législative en attendant de futures élections.

Si le CNT a officiellement dénoncé la tentative de coup d'État menée dans la nuit du 11 au 12 mai et a appelé à ce que ses auteurs soient tous identifiés et traduits en justice, beaucoup ont remarqué que ce n'était pas Malick Diaw qui avait signé le communiqué. " Le président signe les déclarations et le secrétaire général signe les communiqués " justifie-t-on au CNT.

Reste que, de la classe politique malienne jusque sur les réseaux sociaux,l'arrestation du lieutenant-colonel Amadou Keïta, présenté comme l'un de ses proches, a relancé les rumeurs sur de possibles divisions et jeux de clan au sein du pouvoir. Malick Diaw est-il indirectement visé ? Serait-il lui-même impliqué dans la tentative de putsch déjouée ? Des messages anonymes ont abondamment circulé, faisant état d'une convocation de Malick Diaw à la présidence ou encore de sa prochaine mise aux arrêts.

Plusieurs figures de la politique malienne, s'exprimant sous couvert d'anonymat, croient savoir que Malick Diaw serait en conflit, depuis plusieurs mois, avec d'autres membres de la junte au pouvoir, à commencer par le chef de l'État, le colonel Assimi Goïta lui-même. En cause : son intelligence, son sens de la stratégie, sa moindre radicalité vis-à-vis des partenaires internationaux, et surtout ses supposées ambitions présidentielles.

On se souvient également de la virulence avec laquelle Malick Diaw avait interpellé le Premier ministre Choguel Maïga, le mois dernier, devant le CNT : s'agissait-il d'un véritable coup de pression, révélateur de divisions au sein de l'appareil d'État, ou au contraire d'une manière théâtrale de permettre au chef du gouvernement de défendre son bilan ? Les lectures divergent toujours.

Les rumeurs sur un évincement imminent du président du CNT ont, en tout cas conduit, ses soutiens à réagir : " mensonge et calomnie ", affirme sur Twitter le premier secrétaire parlementaire du CNT, Amadou Albert Maïga, qui s'est pris en photo avec Malick Diaw et rassure : " Aucun problème au sommet de l'État. "

Un responsable du CNT renchérit auprès de RFI : " C'est du n'importe quoi. Malick Diaw et le lieutenant-colonel Keïta n'étaient pas si proches. Ceux qui veulent déstabiliser le régime cherchent depuis longtemps à affaiblir les colonels, mais leur union est solide. Ils se connaissent entre eux et ont des liens d'amitié. "

Réunis en plénière jeudi 19 mai, les membres du CNT ont réservé une standing ovation à Malick Diaw. Lequel a ironiquement saisi l'occasion pour " remercier ses détracteurs " et marteler, salut militaire à l'appui, qu'il ne trahirait jamais.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X