Madagascar: Route nationale numéro 13 - La Banque européenne d'investissement donne son feu vert

La BEI publie un avis de non-objection sur le projet de réhabilitation d'une partie de la RN13. Dans un communiqué publié, hier, la Banque indique que le décaissement des fonds est "en cours de préparation".

Enfin. L'État, notamment, le président de la République peut pousser un ouf de soulagement. La Banque européenne d'investissement a émis des avis de non-objection sur le projet de réhabilitation d'une partie de la Route nationale numéro 13 (RN 13). Une étape qui place sur la voie royale la concrétisation du projet.

L'information a été officialisée par un communiqué publié, hier après-midi. "La BEI est très heureuse d'annoncer qu'en adéquation avec ses procédures internes, les avis de non-objection nécessaires pour l'avancement de la supervision des travaux de la RN13 entre le port de Taolagnaro et Ambovombe ont été bien émis (... )", rapporte la missive. Elle ajoute que "le prochain décaissement des fonds est en cours de préparation avec l'Agence Routière".

Selon le communiqué d'hier, toujours, "le secteur routier à Madagascar est un secteur stratégique pour la Banque européenne d'investissement, lequel a démontré avoir un réel impact sur le développement inclusif et durable du pays". L'État, notamment, Andry Rajoelina, président de la République, pourrait pousser un ouf de soulagement suite à l'annonce de l'information d'hier. En octobre 2020, le locataire d'Iavo-loha a affirmé qu'il arrêterait la politique s'il ne parvient pas à terminer la réhabilitation de la RN 13.

Depuis cet engagement pris par le chef de l'État, le sujet est systématiquement rappelé par les habitants des régions traversées par la RN 13. L'annonce faite par la BEI, hier, garantit ainsi la concrétisation du projet de réhabilitation de la RN 13. Si le communiqué parle de décaissement de fonds "en cours de préparation", il ne donne toutefois pas d'échéance. Jusqu'ici, il n'y a pas non plus de calendrier précis pour le début du chantier. En février 2021, néanmoins, l'État a émis un appel d'offre international pour la réalisation des travaux.

Appel d' offres

Comme l'a indiqué Andry Rajoelina, durant une déclaration à la presse faite au palais d'État d'Iavoloha, en avril, c'est l'entreprise Colas qui a obtenu le marché pour la réhabilitation du tronçon de la RN 13 financée par la BEI. A entendre les propos présidentiels durant cette allocution médiatisée, le cas de Colas serait une des raisons qui a fait que la Banque européenne d'investissement ait pris du temps avant d'émettre ses avis de non-objection sur le dossier RN 13.

La sanction prononcée par la Banque mondiale contre Colas aurait motivé une certaine réserve chez la BEI, à entendre le locataire d'Iavoloha. En janvier, la Banque mondiale a publié une série de communiqués dans lesquels elle annonce des sanctions contre l'entreprise Colas, entre autres, au motif de "pratiques collusoires et frauduleuses", sur les appels d'offres pour le projet Airports Madagascar. Un projet qui comprend la construction du nouveau terminal de l'aéroport d'Ivato, baptisé Ravinal Airports.

Les faits imputés à Colas remontent à la période entre début février et début mai 2015. Les avis de non-objection annoncés par la BEI, hier, indiquent alors qu'il n'y a rien à signaler sur le dossier RN 13. Pareillement pour le cas de l'Agence routière de Madagascar. Le changement de statut de cette entité aurait, également, motivé des appréhensions de la part de la BEI. Sauf revirement, ce ne sera plus qu'une question de temps donc avant le coup d'envoi de la réhabilitation de la RN 13.

Dans son interview dans la nouvelle rubrique de Midi Madagasikara, mercredi, Andry Rajoelina a, visiblement, déjà anticipé la publication de la décision de la BEI, hier. Il a déclaré que le coup d'envoi du chantier de la RN 13 sera donné en grande pompe, sans toutefois donner de date. Comme souligné dans le communiqué d'hier, le financement de la BEI ne concerne que la partie entre Ambovombe et le port de Taolagnaro. Dans sa déclaration à Iavo-loha, en avril, le président de la République a indiqué que l'appel d'offres pour le chantier sur le tronçon entre Ihosy et Betroka "est fait".

Le Conseil des ministres du 27 octobre 2021 a parlé de la réhabilitation de la partie de la RN 13 qui part du carrefour d'Ikalamainty, dans le district d'Ihosy, jusqu'à Betroka qui fait près de 120 kilomètres. "Au stade actuel du projet, un appel d'offres avec le système contratcadre a été lancé le 13 octobre 2021", indique, notamment, le rapport de cette réunion de l'Exécutif. Dans différentes déclarations, le locataire d'Iavoloha a affirmé que cette partie du chantier de la RN 13 sera financée par les fonds propres de l'État.

Concernant la dernière partie de la RN 13 qui se trouve entre Betroka et Ambovombe, le président Rajoelina a indiqué dans son allocution d'avril, à Iavoloha, que le chantier "sera inscrit dans le prochain FEC [Facilité élargie de crédit]", un programme du Fonds monétaire international (FMI). Durant le colloque pour l'émergence du Sud, en juin 2021, le chef de l'État a évoqué l'idée que les travaux se feront sous la forme de Haute intensité de main d'œuvre (HIMO). Une formule déjà mise en œuvre pour la réhabilitation d'une partie de la Route nationale numéro 44 (RN 44), menant vers Ambatondrazaka, il y a quelques années.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X