Rwanda: La journée de la libération africaine placée sous le signe du renforcement des systèmes alimentaires inclusifs

Protais Musoni, président de la branche du Mouvement Panafricain au Rwanda. Le panafricanisme est un mouvement et une idéologie politique qui promeut l'indépendance totale du continent africain et encourage la pratique de la solidarité entre les Africains et les personnes d'ascendance africaine
24 Mai 2022

KIGALI - A l'occasion de la journée de la libération africaine célébrée le 25 Mai courant, la branche du Mouvement Panafricain au Rwanda exhorte tous les acteurs à s'impliquer activement pour mettre en place des systèmes alimentaires durables, efficaces et inclusifs.

Cette mobilisation annoncée à la veille de la date considérée comme la Journée mondiale de l'Afrique, marquant la création, le 25 Mai 1963 de l'Organisation de l'Unité Africaine.

Dans un communiqué, la branche du Mouvement Panafricain au Rwanda estime que cette occasion permet de mettre en lumière les défis qui affectent encore les Africains et qui doivent être relevés en vue de libérer pleinement le potentiel du continent, au profit de tous les Africains actuels et des générations à venir.

Malnutrition endémique

Les estimations officielles montrent que la lutte contre la faim est l'une des batailles que l'Afrique a perdues.

Un récent rapport de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (Fao) montre que chaque année, des millions d'Africains supplémentaires souffrent de la faim, les importations de nourriture augmentent et la malnutrition reste endémique.

Pour briser le cycle de la vulnérabilité, les membres du mouvement panafricain au Rwanda estiment que l'heure est venue pour les Africains de réfléchir sérieusement sur comment l'Afrique peut se nourrir et nourrir le monde compte tenu du fait que le continent dispose plus de la moitié des terres arables non encore exploitées de la planète.

Même si l'Afrique dispose au moins 65% des terres cultivables du monde, fait remarquer Protais Musoni, Président de la section du mouvement panafricain au Rwanda, elle peine toujours à produire autant qu'il ne consomme.

« Les peuples Africains ont encore besoin de développer leur propre expertise et appliquer le principe de solidarité africaine », a ajouté Mr Musoni faisant allusion à cette initiative continentale phare qui préconise le soutien mutuel intra-africain à tous les domaines de développement.

Autosuffisance alimentaire

Néanmoins, le revers de la médaille est qu'en Afrique, selon les chiffres des agences humanitaires onusiennes, quelques 223 millions de personnes ne mangent pas à leur faim. Rien que dans la région de la Corne de l'Afrique, poursuivent les mêmes sources, quelques 12 millions d'individus sont touchés par la famine.

Pour manifester cette solidarité, une série d'activités se tiendront au Rwanda à partir de cette semaine pour marquer la Journée de la libération africaine.

Face au défi de la sécurité alimentaire qui est devenue l'un des grands enjeux du développement des pays africains, une campagne de communication reposant sur des spots vidéo, des spots radios et des affiches reprenant des questions que se posent.

Outre les campagnes de communication abordant tant les questions de la nutrition et de la sécurité alimentaire, des actions antiérosives avec la plantation d'arbres fourragers, fruitiers ou forestiers sont prévus à travers tous les 30 districts du Rwanda là où les pépinières seront aménagées pour la production des arbres fruitiers, selon les organisateurs.

Parallèlement, les membres du mouvement panafricain du Rwanda vont également construire plusieurs maisons pour les veuves du génocide les plus vulnérables et les invalides de guerre, à travers le Rwanda.

Relever les défis du changement climatique

Si le thème central de cette campagne préconise une autosuffisance alimentaire pour l'Afrique, les avis restent certes partagés à ce sujet.

Alors que la réduction de la dépendance alimentaire des pays africains est légitime, aux yeux des membres du Mouvement Panafricaniste, d'autres experts estiment que le continent doit encore relever les défis de la nutrition et du changement climatique.

Un récent Rapport Mondial sur la Nutrition publié par l'Institut International de Recherche sur le Climat et la Société (Iri) montre que le changement climatique affecte la nutrition, en exerçant une influence sur la sécurité alimentaire, la santé, l'accès à l'eau et l'assainissement de l'environnement.

Accaparement des terres et souveraineté alimentaire

Selon la FAO, l'agriculture en Afrique est restée longtemps sous-développée et limitée à la sécurité alimentaire pour satisfaire les besoins de la population.

Si l'Afrique subsaharienne est la région du monde qui connaît la plus grande insécurité alimentaire, le Mouvement panafricain du Rwanda est déterminé à s'attaquer à tous les facteurs d'insécurité alimentaire.

Certains activistes estiment que malgré tant d'efforts cette « quête de sécurité alimentaire » pour certains pays africains a engendré une nouvelle forme de "colonialisme" avec un phénomène grandissant de l'accaparement des terres qui influence sur la sécurité alimentaire des communautés locales en Afrique subsaharienne.

Selon un récent rapport du Centre d'études stratégiques de l'Afrique, l'achat massif de terres agricoles en Afrique par certaines puissances étrangères constitue une menace à la fois pour le développement et la sécurité alimentaire des régions.

Des solutions africaines aux problèmes africains.

Au-delà de ce phénomène, un arc de pays touchés par les conflits recoupe en grande partie les régions les plus touchées par l'insécurité alimentaire.

Dans ces pays, leurs crises alimentaires ont tendance à durer plus longtemps et à avoir un impact plus durable, souligne le centre dans son rapport.

Pour faire face aux problèmes liés à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, Protais Musoni, patron de la branche du mouvement panafricain au Rwanda plaide pour des solutions africaines aux problèmes africains.

Pour répondre aux demandes croissantes de sécurité alimentaire, les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont convenu de mettre en place des programmes de sécurité alimentaire et nutritionnelle, ou la réponse nationale pour mettre fin à la faim en Afrique d'ici 2025.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X