Algérie: Naftal - Des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années

Alger — Le PDG de Naftal, Mourad Menouar, a fait état, lundi à Alger, d'un plan d'investissement de l'entreprise visant à concrétiser les projets stratégiques d'un coût de plus de 250 Mds da, et ce, durant la période allant de 2022 à 2027.

La société "Naftal" dispose d'un plan de développement quinquennal (2022-2027), reposant sur une vision "stratégique" pour la réalisation de projets de grande envergure, d'un coût de plus de 250 Mds Da, a fait savoir M. Menouar qui était invité du forum du quotidien "Echaab".

Parmi les projets d'investissement prévus dans le cadre de ce plan, le même responsable a cité un projet de pipeline pour le transport du gaz de pétrole liquéfié (GPL) d'Arzew à Alger, passant par plusieurs régions de l'Ouest et du Centre du pays, ce qui permettra d'alimenter plusieurs villes et de fournir ce carburant à ces régions, en sus de la réduction des frais de transport via les navires.

Concernant ce projet, le même responsable a indiqué que "la première partie du projet qui devrait être réceptionnée le 5 juillet prochain a été décalée au 1 novembre prochain en raison de certains facteurs et conditions", soulignant que "la société Naftal assume à elle seule les dépenses de ce projet".

Il y a aussi d'autres projets consistant en la réalisation d'unités d'huiles des moteurs automobiles et le recyclage des huiles utilisées dans le cadre du partenariat avec des entreprises étrangères, a-t-il fait savoir, précisant que "des négociations préliminaires ont eu lieu avec des entreprises mondiales intéressées et prêtes à investir dans ce domaine après le lancement d'un appel à manifestation d'intérêt".

Evoquant l'impact subi par Naftal en raison de la COVID19 en 2020 et 2021, qui a enregistré un recul "sensible" dans la consommation de carburant et une baisse du volume des ventes, M. Menouar a affirmé que cela n'a pas considérablement impacté le budget de l'entreprise qui souffre, selon lui, "d'une baisse de la marge bénéficiaire dans la distribution du carburant".

Les revenus des marges bénéficiaires issus de l'activité de distribution du carburant en Algérie "ne couvrent pas les coûts spécifiques dans le contexte de l'inflation", a-t-il dit, indiquant que la marge bénéficiaire de "Naftal" n'a pas changé depuis 2016.

Pour faire face à cette situation, le responsable a appelé les pouvoirs publics à "augmenter la marge bénéficiaire de l'entreprise sans revoir le prix du carburant au niveau des stations-service", ajoutant que la composition des prix du carburant comprend 80 % de taxes et d'impôts.

Concernant les activités de Naftal, M. Menouar a mis en avant "leur diversité et importance" en vue de préserver l'équilibre financier de l'entreprise qui procède, outre l'augmentation et la commercialisation des produits pétroliers, à la commercialisation de plusieurs produits consommables tels que l'asphalte, les huiles, les roues en caoutchouc et le carburant destiné aux entreprises de transport maritime et aérien, ainsi que la location de locaux au niveau des stations-service dont le nombre s'élève à 2.200 réparties sur le territoire national.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X