Madagascar: Assassinat à Androva - La famille exige la justice pour Elisabeth

" Justice pour Elisabeth ", tels étaient les mots criés samedi dernier par les étudiants de l'Ismatec et collègues de la défunte, Elisabeth Rasoanirina, assassinée sauvagement, devant le CHU Androva.

Les étudiants et membres de sa famille ainsi que des membres de l'association des natifs de Maroantsetra, brandissant plusieurs banderoles réclamant la justice pour Elisabeth et interpellant les responsables à accélérer les enquêtes ont effectué un sit-in devant le CHU Androva.

Ensuite, ils ont marché vers le service de la Police Judiciaire à Mangarivotra et ont crié " Justice pour Elisabeth". Les manifestants étaient aussi passés au CSB à Mahabibo, lieu de stage de la défunte.

Le frère unique de la victime est venu spécialement de Maroantsetra pour exiger la justice et la transparence dans cette affaire de meurtre de sa sœur.

" Nous sommes quatre dans la famille, et je suis le frère unique d'Elisabeth. Nous exigeons que la justice soit faite sur cette affaire. Nos parents sont déjà très âgés et n'ont pas pu venir. Accélérez les enquêtes pour pouvoir connaître l'auteur du crime", a déclaré le frère de la défunte.

De son côté, le chef de la Police judiciaire à Mangarivotra, Raharinasy Jimmy Clarain, a tenté de rassurer que les enquêtes avancent.

" Nous sommes en train de recueillir des indices. Des précautions ont été prises. Les enquêtes avancent toujours, les enquêtes continuent ", a tenté d'expliquer le Chef de la PJ, lors d'une déclaration à la presse, jeudi dernier.

Rappelons que dans cette affaire de meurtre, vingt-six personnes ont été auditionnées par la Police judiciaire la semaine du 8 mai dernier, dont l'amant, l'épouse de ce dernier et ses enfants. Des proches et autres responsables de l'établissement de l'Ismatec et des amis ont aussi fait l'objet d'une enquête.

Le cadavre de la jeune étudiante était retrouvé près de la décharge du CHU Androva, le mardi 26 avril dernier. La famille soupçonne une intention d'intervention et tentative d'étouffer les suites de cet assassinat.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X