Afrique de l'Est: Communauté d'Afrique de l'Est - Les lignes maritimes congolaises vont ouvrir des bureaux dans les ports de Mombasa et de Dar es Salaam

L'ouverture prochaine des bureaux dans les ports de Mombassa et de dar es Salaam s'inscrit dans le cadre de la relance des lignes maritimes congolaises (LMC), dont les opérations vont débuter en juin, explique le site theeastafrican.com.

Une délégation des LMC, conduite par le directeur Banze Nkulu Mulunda et d'autres représentants du gouvernement congolais, a décidé d'ouvrir un bureau au port de Mombasa pour coordonner les importations et les exportations de la République démocratique du Congo (RDC), indique theeastafrican. Les LMC, la compagnie maritime publique chargée du transport maritime et de l'exploitation des navires en RDC, a pour objectif de faire transiter davantage de marchandises d'import-export par le port de Mombasa et d'augmenter les volumes à Dar es Salaam.

" Après une discussion sur les questions opérationnelles et logistiques avec le directeur des opérations du terminal à conteneurs de la KPA, Michael Bokole, et son équipe, nous avons accepté de commencer nos opérations à partir de Mombasa dès le mois prochain. Cela contribuera à créer davantage d'emplois et d'opportunités commerciales non seulement pour la RDC mais aussi pour le Kenya ", a déclaré Banze Nkulu Mulunda, cité par theeastafrican.

Pour sa part, Michael Bokole a déclaré : " La RDC a récemment rejoint la communauté de l'EAC, renforçant ainsi les opportunités commerciales entre les États membres qui souhaitent augmenter le commerce intra-EAC et bénéficier du marché commun. Leur venue à Mombasa augmentera à la fois les importations et les exportations de marchandises par le port ".

Utilisation des ports tanzaniens

Les LMC, selon theeastafrican, utiliseront également les ports tanzaniens, ce qui pourrait constituer une incitation supplémentaire pour le dernier programme de Dodoma visant à développer ses ports intérieurs. L'autorité portuaire tanzanienne (TPA), par exemple, agrandit le port de Kasanga, sur le lac Tanganyika, pour un coût de quatre milliards de shillings tanzaniens (1,7 million de dollars). Kasanga est le deuxième plus grand port du lac Tanganyika après Kigoma.

Le sommet des entreprises du lac Tanganyika, qui s'est tenu à Kigoma la semaine dernière, rappelle theeastafrican, a examiné diverses mesures visant à accélérer les mouvements de marchandises et de personnes dans la région des Grands Lacs, principalement vers la RDC. Les responsables tanzaniens ont également cherché à développer les marchés dans ce pays, en organisant un sommet commercial avec les principaux négociants la semaine dernière. Le sommet a attiré des dirigeants d'entreprises et d'autres parties prenantes qui utilisent le port de Dar es Salaam comme une passerelle pour les importations et les exportations.

Le commissaire régional de Kigoma, Thobias Andengenye, a déclaré dans un communiqué que le sommet d'affaires et d'investissement du lac Tanganyika permettra d'ouvrir davantage la région de Kigoma au commerce transfrontalier. La TPA a indiqué dans son dernier rapport que cinq autres ports sur le lac Tanganyika ont été créés pour traiter les cargaisons du Congo, tandis qu'une route plus courte a été conçue pour relier la Tanzanie et Lubumbashi, dans l'est de la RDC, via le port de Kasanga sur le lac Tanganyika.

Par ailleurs, ajoute theeastafrican, l'autorité portuaire tanzanienne a déclaré qu'elle facilite actuellement l'exportation de cuivre en vrac depuis la RDC. Le port de Dar es Salaam traite actuellement plus de 1,8 million de tonnes de marchandises en provenance de ce pays par an. Les exportations tanzaniennes vers la RDC en 2021 ont été estimées à 207,23 millions de dollars, selon l'ambassade de Tanzanie à Kinshasa.

Tirer parti des avantages de la CAE

La décision des activités des LMC aux ports de Mombasa et de Dar Es Salaal, prise environ un mois après l'admission officielle de la RDC au sein de la Communauté d'Afrique de l'Est (CAE), explique-t-on, reflète le désir du pays de tirer parti des avantages de son appartenance à ce bloc commercial, où les importations sont désormais moins chères et plus faciles, les tarifs douaniers étant en passe d'être réduits. En outre, indique theeastafrican, la Kenya Ports Authority mise sur l'admission de la RDC dans la CAE pour développer son marché dans la région.

L'équipe de Kinshasa a convenu que les LCM seront responsables de la collecte des redevances auprès des compagnies maritimes qui transportent des marchandises vers et depuis la RDC. En outre, la délégation des LCM a abordé la question du stockage, de la traçabilité et de la sécurité de ses produits, car la RDC s'attend à une augmentation de ses activités après son adhésion à la CAE en avril. Elle doit encore déposer les instruments d'acceptation auprès du secrétariat de la CAE, acceptant ainsi d'ouvrir son marché aux autres États membres pour le commerce après son admission dans le bloc régional.

Les instruments d'acceptation permettront aux États membres de commercer librement avec Kinshasa, conformément au protocole du marché commun qui autorise la libre circulation des biens et des services. Avant l'admission de la RDC, les États de la CAE devaient payer des droits de douane pour les importations ou les exportations en raison des règles extérieures applicables. En septembre 2021, les LMC avaient repris leurs activités dans la province du Sud-Kivu, à partir de la ville de Bukavu. Toujours à la même période, la compagnie a également ouvert un bureau de représentation à Johannesburg, en Afrique du Sud.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X