Afrique Centrale: Bombardement sur le territoire rwandais - Les Indignés appellent l'armée congolaise à aller jusqu'au bout de la légitime défense

Dans un tweet du 24 mai, le Mouvement des indignés de la situation sécuritaire en République démocratique du Congo (Miss-RDC) invite les Forces armées de la République démocratique du Congo (Fardc) à anéantir les rebelles du M23.

Considérant la rébellion du M 23 comme une préfabrication rwandaise, les Indignés qui saluent le bombardement opéré sur le territoire rwandais exhorte l'armée congolaise à " aller jusqu'au bout de la légitimité défense contre cette agression camouflée ". Ce mouvement rappelle, par ailleurs, que les Indignés ont toujours pointé un doigt accusateur vers le Rwanda qu'ils considèrent comme la source de l'insécurité dans la région.

Il est, en effet, rappelé qu'une attaque d'hommes armés a visé, le 24 mai, une position militaire dans la cité de Kibumba, en territoire de Nyiragongo, près de la ville de Goma, dans le Nord-Kivu.

Alors que les Fardc citées par 7/7.cd ont tout simplement dit que " des ennemis ont attaqué l'une de leurs positions ", la source affirme que sur place, des habitants témoignent avoir vu des militaires rwandais à l'œuvre. " Personne n'a encore ouvert la porte mais les militaires rwandais sont visibles partout vers les localités voisines de la route principale. Ils sont bien armés ", a alerté un habitant de la cité de Kibumba cité par ce média en ligne.

Le média note que cette information a été confirmée par la société civile de Goma dont le président, Marrion Ngavho, demande à Kigali de ne pas nier son implication dans cette incursion sur le sol congolais au regard des preuves observables sur le terrain. " Après leur échec dans le Rutshuru, les RDF viennent d'attaquer Kibumba/Buhumba en territoire de Nyiragongo. Cette fois-ci, le Rwanda ne va pas nier que ce ne sont pas ses militaires, car il n'y a pas de M23 de ce côté ", a-t-il affirmé.

Le média en ligne relève également que des témoins confirment la présence de l'armée rwandaise dans cette partie de la RDC, s'appuyant sur certains signes qui ne trompent pas, à en juger par des tenues et matériels de la RDF abandonnés à Buhumba. " Ces effets militaires récupérés sur l'ennemi sont déjà à la disposition de nos services spécialisés pour une meilleure identification de l'ennemi ", a par ailleurs assuré le lieutenant-colonel N'Djike Kaiko, dans un message publié l'après-midi du même jour.

Le média en ligne rappelle également que le 23 mai, à travers un communiqué publié sur son compte twitter, l'armée rwandaise a accusé les Fardc d'avoir effectué des bombardements sur son territoire, lesquels ont touché Kinigi et le secteur de Nyange dans le district de Musanze, blessant ainsi de nombreux civils. A ce sujet, la RDF a même demandé au mécanisme conjoint de vérification élargi d'enquêter sur la question. Au Nord-Kivu, l'opinion craint que le Rwanda cherche un prétexte pour lancer ses attaques sur le sol congolais.

" Les Forces rwandaises de défense ont demandé le mécanisme conjoint de vérification élargi pour enquêter sur les bombardements transfrontaliers sur le territoire rwandais par les Fardc. Le lundi 23 mai 2022, entre 09h59 et 10h20, un tir de roquette des Fardc a touché Kinigi et les secteurs de Nyange dans le district de Musanze qui borde également le secteur de Gahunga dans le district de Burera blessant plusieurs civils et endommageant des biens ", peut-on lire dans ce communiqué.

Il est également rappelé que dimanche dernier, les M23 ont attaqué une base de la Monusco sur une des collines à Rutshuru. Ceci a poussé la force onusienne à se joindre aux Fardc pour les ultimes offensives contre cette rébellion, dans le but de reconquérir entre autres, les collines de Chanzu et Runyonyi.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X