Sahara Occidental: Mise en garde contre le mépris de l'occupant marocain à l'égard de la vie des Sahraouis

Bir Lahlou — Le Comité national sahraoui des droits de l'Homme a mis en garde contre la dangereuse escalade de l'occupant marocain contre les militants sahraouis, tenant pleinement responsable le Maroc des graves conséquences de cette situation sur la vie de la famille de Sultana Khaya et des défenseurs de la cause sahraouie.

Dans un communiqué, le Comité national a condamné "le mépris de l'occupant marocain à l'égard de la vie d'innocents et le non-respect des conventions internationales pertinentes", tenant l'Etat marocain pleinement responsable des graves conséquences qui peuvent affecter la vie de Sultana Khaya et celle des militantes américaines se trouvant au domicile assiégé de la militante sahraouie dans la ville de Boujdour occupée.

Il a aussi appelé la communauté internationale et les organismes concernés par la protection des droits de l'Homme, à intervenir pour faire pression sur le Makhzen afin de stopper ses méthodes systématiques de répression et à garantir la protection de la famille Khaya et des militantes américaines solidaires, "dont la vie est en danger en raison du comportement irresponsable et honteux des autorités d'occupation marocaines".

Le Comité a également lancé un appel urgent à l'Administration américaine pour "une intervention urgente afin de mettre fin à ces violations graves commises par l'occupation marocaine, sans sanction ni reproche, et de garantir l'accès aux territoires occupés de la République sahraouie".

Il a aussi appelé le Conseil de sécurité de l'ONU, le Secrétariat général, le Haut-Commissariat aux droits de l'homme et le Comité international de la Croix-Rouge à "intervenir d'urgence pour empêcher une nouvelle détérioration de la situation des droits de l'Homme dans les territoires occupés sahraouis, œuvrer pour la libération immédiate de tous les détenus politiques sahraouis dans les prisons marocaines et envoyer des commissions d'enquête dans les territoires occupés pour s'enquérir des violations systématiques du droit international humanitaire qui se produisent".

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.