Congo-Brazzaville: Santé publique - Recycler les professionnels sur l'usage rationnel des antibiotiques

Le Programme national de lutte contre les infections nosocomiales (Pnlino) du Congo, en partenariat avec la société K-Chimie et l'entreprise Biomérieux, a suggéré, le 25 mai à Brazzaville, à l'Etat d'investir dans la formation des professionnels de la santé pour un usage rationnel des antibiotiques.

L'invite a été faite au cours d'une conférence qui a réuni les acteurs de la santé en bactériologie afin de sensibiliser à l'utilisation des antibiotiques et aux solutions possibles de diagnostic permettant de ralentir l'antibiorésistance.

L'antibiorésistance résulte d'un usage inadapté des antibiotiques aussi bien chez l'homme que chez l'animal. L'efficacité remarquable des antibiotiques pour guérir les infections bactériennes a incité à un usage massif de ces médicaments aussi bien en santé humaine qu'animale.

" Les médecins, pharmaciens et techniciens de laboratoire ne doivent pas galvauder l'usage des antibiotiques. Un recadrage des professionnels de la santé s'impose pour qu'on ne perde pas cet outil de lutte contre les infections, il faut donc que l'Etat puisse investir dans la formation de l'humain et dans les outils de diagnostics. Si l'on n'y prend garde, la prochaine maladie serait la résistance aux antimicrobiens ou aux antibiotiques ", a indiqué le Dr Raphaël Taty-Taty, directeur du Pnlino.

L'antibiorésistance rend difficile le traitement de certaines infections, même initialement bénignes : le colibacille, responsable des infections urinaires, devient ainsi de plus en plus résistant aux antibiotiques. Il concerne aussi des maladies infectieuses plus graves comme les pneumonies ou les méningites

Ainsi donc, les exposants à la conférence ont condamné l'automédication et proposé à l'Etat la mise en place, dans les structures sanitaires, des comités de surveillance pour l'utilisation des antibiotiques. Face à ce phénomène, certaines bactéries sont devenues multi-résistantes, conduisant à des situations d'impasse thérapeutique pour traiter les infections. Il y a aussi le manque de nouvel antibiotique approprié qui aggrave encore cette situation.

" Une bactérie peut échapper à l'action d'un antibiotique, du fait d'une mutation génétique, spontanée ou favorisée par l'exposition aux antibiotiques. La résistance est alors inscrite dans ses gènes. En se multipliant, la bactérie peut transmettre sa résistance aux antibiotiques à sa descendance ", a expliqué un participant à la conférence. Ainsi donc, la société K-Chimie et l'entreprise Biomérieux comptent travailler en collaboration avec l'Etat pour sortir du danger d'utilisation inapproprié des antibiotiques.

La société K-Chimie, basée à Pointe-Noire, est reconnue pour la distribution des produits chimiques et agrochimiques, par contre, Biomérieux est une entreprise française spécialisée dans le diagnostic in vitro.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X