Congo-Brazzaville: Festival de la biodiversité - L'échange et la transmission au centre de la 8e édition

Organisée récemment par Renatura Congo à l'Institut français du Congo (IFC), la huitième édition du Festival de la biodiversité a réuni des enfants de trois écoles autour de plusieurs activités destinées à leur transmettre les bonnes valeurs de protection de l'environnement et de la biodiversité. L'occasion a aussi donné lieu à des échanges et des suggestions aux problématiques liées à ces deux notions, encore peu connues Congo, à travers un documentaire-débat.

170 enfants environ ont prit part, le 20 mai dernier, à la huitième édition du Festival de la biodiversité. L'événement initié par Renatura Congo (organisation qui promeut le développement durable, spécialisée dans la protection des tortues marines et de leur milieu naturel) depuis 2014 a comme objectif de sensibiliser et d'enrichir les connaissances de la jeune génération et du grand public sur la biodiversité. Un concept encore peu connu au Congo mais très important pour la survie de l'humanité et des autres espèces qui peuplent notre planète. Le festival était organisé dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la biodiversité, le 22 mai .

Ce rendez-vous annuel a réuni des élèves de l'école publique de la Révolution, l'école conventionnée Saint Jean-Baptiste et l'école privée Les Bourgeons. Ceux-ci ont participé à qautre ateliers ayant une approche différente en termes de pédagogie : un atelier dessin, un atelier conte avec des sons d'animaux, un atelier sensoriel par le toucher d'éléments naturels, ainsi qu'un atelier spectacle. Les activités ont porté sur plusieurs thématiques, dont la viande de brousse, les espèces protégées, les différents milieux et écosystèmes du Congo, la déforestation, la gestion des déchets et la protection des tortues marines.

Sarah Cochu, coordinatrice du programme Education et sensibilisation à l'environnement de Renatura, a indiqué : "Notre public cible, ce sont les enfants. Un enfant bien éduqué au niveau de l'environnement fera un adulte bien éduqué. Et comme les enfants sont en train de grandir et d'apprendre, c'est mieux de leur inculquer maintenant les bonnes valeurs de protection de l'environnement et de la biodiversité. Comme cela, ils poursuivront avec ces valeurs pendant toute leur vie. Mieux vaut commencer tôt cette transmission".

Cette édition a pris fin par une soirée documentaire-débat sur le thème "Quelles solutions pour la biodiversité ? ", évoquant la place de l'homme dans le monde, son interdépendance avec l'environnement, les autres espèces et les écosystèmes. Le documentaire-débat a été animé par Antoine Szadeczki, directeur adjoint, et Robin Marsac, coordinateur du programme Gestion durable des océans de Renatura, et a été l'occasion d'évoquer les menaces qui pèsent sur l'environnement et la biodiversité au Congo, en plus de montrer l'importance et le rôle de cette biodiversité.

Parmi ces menaces, l'exploitation abusive des ressources nationales, dont les forêts avec la coupe de bois et l'océan avec la pêche, la consommation de la viande de brousse par la population, la pollution par les hydrocarbures et enfin les déchets qui constituent un vrai défi pour le pays. "Un des plus grands défis au Congo ce sont les déchets et la pollution qui affectent beaucoup d'espèces animales et végétales. Tout le monde produit des déchets, tout le monde peut jeter un déchet par terre. L'enjeu des déchets c'est que cela concerne tout le monde, on peut tous faire quelque chose", a expliqué Robin Marsac.

Quelques participants à la soirée ont noté la disparition notable des arbres et espaces verts dans la ville de Pointe-Noire, alors qu'ils contribuent au maintien des sols et routes, à la diminution de la température en créant des zones d'ombre, et aident à la purification de l'air.

Le documentaire-débat a débouché sur des suggestions pour la protection de l'environnement et de la biodiversité, avec un focus sur la sensibilisation de la population (particulièrement les enfants) et le respect des bons gestes comme ne pas jeter les déchets par terre ou dans les cours d'eau, et conserver les arbres.

Les enjeux et les défis en matière de protection de l'environnement et de la biodiversité étant importants au Congo, la participation de tous s'avère nécessaire. D'où cette précision de Robin Marsac : "L'objectif de la soirée documentaire c'était d'échanger, de prendre des idées du public et de débattre sur les différents problèmes et les solutions à mettre en œuvre pour sauvegarder la biodiversité car sans elle, l'homme n'existerait pas ".

Au terme du documentaire-débat, les participants ont été appelés à prendre chacun un engagement pour contribuer à la protection de l'environnement et de la biodiversité car, comme cela est ressorti dans les échanges : "Un individu humain est relativement faible, mais ensemble ils peuvent faire des choses incroyables"

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X