Algérie: Le CNDH plaide pour la consolidation des acquis en matière de protection de l'enfance

Alger — Le Conseil national des droits de l'homme (CNDH) a réitéré, mardi, son appel à tous les acteurs pour offrir un environnement sain garantissant à l'enfant une croissance équilibrée et une bonne santé, invitant tout un chacun à continuer à promouvoir les acquis de qualité en matière de protection et de promotion des droits de l'enfant.

Dans un message rendu public à l'occasion de la commémoration de la Journée internationale de l'enfant, qui coïncide avec le 1er juin de chaque année, le CNDH a invité "l'ensemble des acteurs à conjuguer leurs efforts en vue de garantir un environnement naturel qui garantisse une croissance équilibrée, une bonne santé, la paix et la dignité de l'enfant".

Il a également recommandé de "continuer à emprunter la voie de la consolidation des acquis de qualité" en matière de protection et de promotion de cette frange de la société, en adoptant, notamment, "un système éducatif de qualité au sein duquel, sont largement et profondément intégrées, les règles de l'éducation aux droits de l'homme".

Le premier juin est "plus qu'une simple journée mondiale à célébrer", c'est aussi "une occasion annuelle au cours de laquelle le CNDH réitère son engagement à protéger et à promouvoir les droits des enfants algériens".

%

Il a salué, par ailleurs, les efforts remarquables déployés par la communauté internationale, les institutions de l'Etat et la société civile, traduits principalement par les clauses de la Convention relative aux droits de l'enfant (CIDE) du 20 novembre 1989, que l'Algérie a ratifié le 19 décembre 1992.

Ce traité prévoit un ensemble de principes de base, pour ne citer que la non-discrimination, la priorité donnée à l'intérêt suprême de l'enfant, le droit à la vie et au développement, et le respect de l'opinion du petit, a rappelé le CNDH.

Le Conseil s'est félicité du "bond" franchi par l'Algérie en matière de protection des droits de l'enfant, en complétant le système juridique sous-tendant dispositions du droit national et conventions internationales et régionales.

Rappelant que l'Algérie a hissé la place de l'enfant au rang constitutionnel, le CNDH a cité, précisément, l'article 72 de la Constitution de 2020, lequel stipule que "La famille, la société et l'Etat protègent les droits de l'enfant, l'Etat prend en charge les enfants abandonnés ou sans affiliation, et la loi réprime la violence contre les enfants".

Le CNDH a affiché son souci "d'accomplir son rôle consultatif en mettant sa riche expérience en faveur de la promotion et de la protection des droits de l'enfant en Algérie", lit-on dans le message

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.