Afrique: Sahel - Le nombre de migrants expulsés de Libye et d'Algérie vers le Niger en forte hausse selon MSF

Le camp des réfugiés nigériens à Menaka

Médecins sans frontières dénonce les traitements inhumains infligés aux migrants refoulés d'Algérie et de Libye. Selon Jamal Mrrouch, chef de mission de MSF au Niger, quelque 70% des migrants recueillis par MSF ont subi des violences physiques.

Selon l'organisation humanitaire, environ 2 000 migrants sont expulsés chaque mois de ces deux pays vers le Niger. Un chiffre en forte augmentation. MSF estime que depuis le début de l'année plus de 14 000 migrants, qui cherchaient à gagner l'Europe, ont été refoulés à la frontière et abandonnés en plein désert. L'organisation dénonce les violences dont sont victimes ces migrants qui prennent des routes de plus en plus dangereuses pour éviter les contrôles.

" Les personnes expulsées sont déposées à ce qu'on appelle le point zéro qui est à 15 kilomètres du village le plus proche de Assamaka, frontalier entre l'Algérie et le Niger, sur le territoire du Niger. Il y a beaucoup de violences, explique Jamal Mrrouch, chef de mission de MSF au Niger, joint par Alexandra Brangeon de la rédaction Afrique.

À chaque fois, nos équipes organisent des opérations de sauvetage, elles trouvent des blessés, des personnes qui ont des fractures. Il y a des femmes qui ont été violées et qui sont larguées à la frontière. Il y a des mineurs...

La semaine dernière, on a reçu deux blessés par balles qui essayaient de passer la frontière algérienne. Ces derniers temps, on a observé une population qui est invisible, donc qui subit plus de violences durant les expulsions de l'Algérie et de la Libye, mais aussi des bandits criminels qui attaquent surtout les migrants, qui leurs privent de tout leur argent, leurs affaires, leurs papiers, documents de voyage, et les migrants se retrouvent parfois abandonnés dans le désert... il n'y a pas un respect pour l'être humain. Les migrants, on doit respecter leurs droits ! "

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.