Afrique: Eswatini # Burkina (1-3) - Les Etalons brisent les Boucliers du roi

Les Etalons du Burkina ont battu les Boucliers du Roi d'Eswatini par 3 à 1 le mardi 7 juin 2022 à Johannesburg en Afrique du Sud, en match comptant pour la 2e journée des éliminatoires de la CAN, Côte d'Ivoire 2023. Les 2 victoires en 2 sorties offrent au onze national la voie royale qui mène en Eburnie.

Le sélectionneur national Hubert Velud avait bien prévenu qu'il ne fallait pas regarder de haut cette équipe d'Eswatini. Il n'avait pas tort car les Boucliers du Roi, même si leur football n'a rien de tactique car basé sur le jeu long, avait l'avantage d'être facilement lisible par les Etalons. Mais il y avait beaucoup d'équations à résoudre dans le camp burkinabè. Le premier était l'absence du portier Hervé Koffi, du milieu Ismaila Ouédraogo et de l'attaquant Fessal Tapsoba ; puis à quelques heures du match, les résultats du test Covid-19 épinglent le coach Velud.

La conduite des affaires est confiée à son adjoint Firmin Sanou. Celui-ci, de concert avec le principal, décide de titulariser le jeune Killian Nikiéma pour suppléer Koffi. Devant, c'est la même formation qui a joué contre le Cap Vert.

D'entrée, les Etalons contrôlent le ballon, mais l'adversaire ne se laisse pas marcher sur les pieds. Il fait échec aux offensives des nôtres. En témoigne la tête manquée de Cyrille Bayala à la 11e minute. C'était d'ailleurs la seule action des Etalons en première période. Les Eswatiniens, voyant que le coup est jouable, placent quelques accélérations, sans trouver la faille. La pause intervient sur le score nul.

A la reprise, les Etalons reviennent avec l'envie de tuer la folie des Boucliers. Mais mal leur a pris. Le jeu direct des ex-Swazilandais fait mouche. En 2 touches de balle, de la défense à l'attaque, ils ouvrent le score (1-0 ; 64e mn). Les Etalons sont cueillis à froid. Il fallait vite réagir. Et la réaction est immédiate. Aboubacar Dango, idéalement servi par Gustavo Sangaré, contrôle le ballon et essuie la lucarne du longiligne portier d'Eswatini (1-1 ; 69e mn).

Les pendules sont remises à l'heure. 6 minutes plus tard, le même Dango, servi cette fois par Blati Touré, ajuste le gardien adverse d'un plat du pied victorieux (1-2 ; 75e mn). L'équipe pouvait respirer. Et la fatigue aidant, le coach injecte du sang neuf. Cédric Badolo, Aziz Ki, Ousseni Bouda et Steve Yago remplacent respectivement Cyrille Bayala, Gustavo Sangaré, Hassane Bandé et Issa Kaboré. Et ces changements portent leur fruit puisque c'est Aziz Ki qui a fait le break à 5 minutes de la fin du match (1-3 ; 85e mn).

A 3 à 1, l'arbitre malawite Ester Bright Zimba pouvait mettre fin à la partie, non sans avoir renvoyé un Bouclier dans les tribunes, avant la fin du match. Il y a eu de la frayeur, mais l'essentiel est fait. Et avec 6 points, les Etalons s'installent sur le trône du groupe B. Dès septembre lors des 3e et 4e journées, ils pourront déjà composter le billet pour la Côte d'Ivoire.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X