Madagascar: Une exposition pour mettre en lumière la Haute ville tananarivienne

« Mme Juliette, guérisseuse et gardienne de source sacrée». «Mr Hylliard, vendeur de lifu»... Les regards perçants des habitants ordinaires de la Haute ville et leur récit de vie extraordinaire interpellent les visiteurs, même les plus pressés.

À Antananarivo, une exposition rend hommage aux habitants " discrets " de la Haute ville, ce quartier le plus emblématique de la capitale, situé au sommet de la colline sacrée qui domine l'ensemble de la capitale. 12 récits de vie, illuminés par des portraits, qui transportent le spectateur vers un ailleurs insoupçonné, loin des sentiers touristiques, à la rencontre de personnalités habituellement peu médiatisées.

Ils sont marchands de beignets, fabricant de cornet de glace, brodeuse, gardienne de source sacrée ou cressonnier. Ils sont les visages discrets d'une Haute ville tananarivienne moderne et immuable à la fois. Devant leur lieu de travail, le regard droit et fier, ils hypnotisent l'objectif du photographe Rijasolo. " Ce qui était intéressant, c'était de montrer surtout que ces habitants de la haute ville, ce ne sont pas que des gens issus des hautes familles. On sacralise toujours un peu cette fameuse colline, et non, finalement, les gens qui y habitent, ce sont des gens qui ont des petits métiers. Dans leur regard, dans leur posture, c'est l'âme malgache de ces petits métiers, de la survivance du quotidien. "

" Une part de l'âme de la Haute ville "

À l'origine de cette exposition, une enquête socio-professionnelle réalisée auprès de 2500 habitants du quartier, commandée par la Région Île-de-France, qui travaille sur la préservation de la Haute ville depuis 10 ans maintenant.

Tamara Teissedre-Philip est la représentante permanente de la Région Île-de-France. " En fait, on voulait mieux connaitre les gens de la Haute ville. Connaitre les dynamiques qui les animent, connaître leurs activités, connaître leur mode de vie, où est-ce qu'ils travaillent-ils ? Est-ce qu'ils habitent en Haute ville et vont travailler à l'extérieur ou est-ce qu'ils restent travailler ici ? Est-ce qu'ils sont dans le secteur formel ? Dans l'informel ? Est-ce qu'ils ont hérité leur métier de leur famille ? En fait, l'idée, c'est de préserver ces gens-là. Ces gens qui constituent une part de l'âme de la Haute ville, et bien qu'ils restent sur la Haute ville ! "

Les préserver, pour maintenir ce tissu économique authentique et éviter ainsi une gentrification écrasante dans ce quartier historique, berceau du royaume de Madagascar.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X