Madagascar: La belle valse... des étiquettes

La hausse du tarif annoncée par les transporteurs urbains marquera-t-elle le début de la hausse généralisée des prix ? On serait tenté de répondre par l'affirmative dans la mesure où le spectre de la hausse plane déjà depuis un moment sur le monde du transport, avec la hausse annoncée des prix à la pompe.

La belle valse... des étiquettes

C'est inévitable. Tous les prix s'envoleront avec la hausse des prix des carburants. Les pronostics vont déjà bon train actuellement sur les prochains prix qu'afficheront les stations de distribution. Quoi qu'il en soit, toute hausse se répercutera sur le reste. À commencer par les produits de première nécessité et les transports. On s'attend donc à ce que l'inflation galope à nouveau.

La valse des étiquettes promet d'être spectaculaire. Le taxi-be à 1 000 ariary tel que brandi par l'UCTU convertira sans doute à la marche à pied des milliers de travailleurs, rescapés de la dernière hausse du tarif, il y a quelques années de cela. Ce qui a l'avantage de faire faire du sport forcé aux habitués à la sédentarité, mais pénalisera forcément les habitants des périphéries dont le trajet, trop long, est difficile, voire impossible à parcourir à pied au moins deux fois par jour, notamment lorsqu'il s'agit d'enfants, de femmes enceintes ou de personnes âgées.

Il y a alors de fortes chances que l'on adopte le vélo pour éviter les 2 000 ariary par jour de " frais " de taxi-be. Mais le vélo non plus, n'est pas à la portée de tous. L'alternative est envisageable pour ceux qui en possèdent. Pour les autres, l'achat n'est pas une option. Hors de portée.

Après la hausse des carburants et les transports, suivra sans doute le reste. À coup sûr, les budgets familiaux ne suivront pas, en dépit de la récente hausse des salaires, du moins, dans la Fonction publique. C'est certain, pour la majorité des Malgaches, le " panier de la ménagère " risque fort d'être bien léger !

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X