Somalie: Un documentaire de Channel 4 sur les shebabs fait polémique au pays

En Mozambique, le mouvement des shebabs, « les jeunes » en arabe, est né il y a environ quelques années, dans la province du Cabo Delgado, tout au nord du pays, à la frontière avec la Tanzanie. Ce mouvement, qui revendique une application stricte du Coran, est estimé à plusieurs centaines de sympathisants.

Un reportage exclusif de la chaîne britannique Channel 4 a suscité la colère de ressortissants somaliens, au point que l'autorité de régulation des médias a reçu une centaine de plaintes demandant son retrait. Il s'agissait d'une plongée inédite dans le mouvement jihadiste des shebabs et d'une interview de l'un de ses chefs.

Inside Al-Shabaabest signé par le reporter britannico-somalien Jamal Osman, un journaliste d'investigation connu et reconnu dans le métier, auteur de plusieurs documentaires primés. Il montre 13 minutes dans la capitale de facto des shebabs, Jilib, leurs troupes, la vie sous leur administration. Il fait également parler leur chef militaire, Ahmad Karate, dont la tête est mise à prix six millions de dollars par les États-Unis, répondant aux questions sans complaisance du journaliste.

Mais alors que le gouvernement de Mogadiscio n'a pas réagi, 250 Somaliens à ce jour ont signé une pétition demandant le retrait du reportage par Channel 4. Ils reprochent au journaliste d'avoir présenté les jihadistes sous un jour favorable et trompeur. Interrogé par RFI, l'autorité de régulation des médias britanniques Ofcom révèle en outre que 110 plaintes ont été reçues sur ce programme.

Ce n'est pas une mobilisation de masse, certes, mais la presse britannique et somalienne s'en sont quand même émues. Quant à Channel 4, dans un communiqué, elle a soutenu son journaliste, auteur d'un travail selon elle "solide et stimulant" dans lequel les dirigeants shebabs étaient mis " face à leurs responsabilités ". Il s'agit là, selon la chaîne, d'un " journalisme d'intérêt public important et impartial ".

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X